Trapézectomie : traitement chirurgical de la rhizarthrose

Concilio - Trapézectomie : traitement chirurgical de la rhizarthrose

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que la rhizarthrose ?

La rhizarthrose désigne l’arthrose de la base du pouce. Elle correspond à l’usure chronique du cartilage recouvrant le trapèze et le premier métacarpien. Il s’agit d’une pathologie courante touchant 20% des femmes à partir de la cinquantaine. La rhizarthrose survient parfois à la suite d’une fracture, d’un rhumatisme ou d’une infection. Dans la plupart des cas cependant, sa cause exacte est inconnue. Par ailleurs, cette affection est souvent associée à une arthrose des articulations interphalangiennes distales. Elle peut aussi s’étendre à d’autres os ou d’autres articulations.

La rhizarthrose se manifeste généralement par :

  • Des douleurs situées à la racine du pouce et suscitées par la pression directe ou le mouvement,

  • Un enraidissement progressif du pouce accompagné d’une diminution de l’ouverture de la pince entre le pouce et l’index,

  • Une diminution de la force de serrage de la pince pouce-index,

  • Une déformation du pouce (bosse, « pouce en Z »).

Traitement chirurgical

L’intervention chirurgicale ou trapézectomie consiste à retirer le trapèze dans sa totalité. Elle s’effectue par une courte incision réalisée à la base du pouce sur la face dorsale. Afin de combler l’espace libre laissé par l’ablation et d’éviter le raccourcissement du pouce, l’opération intègre des gestes de transposition tendineuse. De plus, une broche de stabilisation est provisoirement mise en place entre le premier et le deuxième métacarpien. En fonction de l’état de santé du patient, la trapézectomie se fait sous anesthésie loco-régionale ou générale et dure en moyenne une heure. Un pansement stérile et une immobilisation par attelle sont nécessaires après l’opération.

La trapézectomie permet essentiellement de diminuer la symptomatologie douloureuse et de recouvrir une mobilité satisfaisante. Trente jours après cette prise en charge, la broche est retirée sous anesthésie locale pour commencer une rééducation douce. La récupération complète des amplitudes articulaires peut demander 3 à 6 mois.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Risques

Outre les risques communs à toute intervention chirurgicale et ceux liés à l’anesthésie, la trapézectomie présente quelques risques plus spécifiques :

  • Un recul du pouce (complication rare pouvant nécessiter une reprise chirurgicale),

  • Un hématome exigeant éventuellement une évacuation,

  • Un gonflement de la main ou du poignet,

  • Une diminution de la sensibilité de la face dorsale du pouce due à une blessure accidentelle de la branche nerveuse sensitive du nerf radial,

  • Des réactions inflammatoires post-opératoires pouvant provoquer d’importantes douleurs,

  • Une algodystrophie (se traduisant par des douleurs mécaniques et des troubles trophiques),

  • Une infection,

  • Des troubles sensitifs,

  • Une cicatrice douloureuse,

  • Une raideur articulaire, survenant en cas de négligence de la rééducation post-opératoire.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.