Tuberculose pulmonaire

Concilio - Tuberculose pulmonaire

Le saviez-vous ?

70% des tuberculoses affectent les poumons.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que la tuberculose pulmonaire ?

La tuberculose, maladie infectieuse contagieuse, est provoquée par une bactérie connue sous le nom mycobacterium tuberculosis ou bacille de Koch (BK). En baisse régulière, la maladie n’a pas disparu : près de 5000 cas ont été déclarés en France en 2013. Cette maladie contagieuse peut se transmettre à tout individu en bonne santé. Néanmoins, elle touche préférentiellement les individus fragiles : personnes immunodéprimées ou âgées, migrants ou population précaire. La vaccination par le BCG ne protège que médiocrement, et n’est plus obligatoire que pour certaines populations pour éviter les formes graves. Le traitement repose sur une poly-antibiothérapie prolongée.

L’évolution de la maladie

La tuberculose pulmonaire peut évoluer en plusieurs phases :

L’incubation (délai entre le contact et les premiers symptômes) est longue (entre 1 et 3 mois).

  • La primo-infection tuberculeuse (PIT)
    Elle correspond au premier contact du sujet avec la bactérie et passe généralement inaperçue. La contamination se fait par inhalation de micro-gouttelettes porteuses de la bactérie. Elle peut rester latente (sans lésion radiologique ni symptôme), ou devenir patente, entraînant des lésions pulmonaires responsables de symptômes et d’anomalies radiologiques. La multiplication de la bactérie dans l’organisme entraîne également une nécrose caséeuse et une réponse immunitaire pour prévenir le développement des bactéries et favoriser leur destruction. Dans la majorité des cas (90 %), la maladie guérit de façon définitive.
  • La tuberculose maladie
    Elle survient lors d’une diminution de l’immunité, à distance d’une PIT non traitée, ou directement lors d’une infestation massive.Les symptômes associent :

    • des signes respiratoires : toux, douleurs thoraciques, hémoptysies ;
    • des signes généraux : altération de l’état général, amaigrissement, fébricule vespérale, sueurs nocturnes.
    • Il existe souvent un terrain favorisant : cf. infra.

    La bactérie peut alors toucher les ganglions, les méninges, les os, le rein et le système uro-génital, ou encore le poumon par voie sanguine (miliaire).

    Il s’agit d’une maladie contagieuse, surtout s’il existe des lésions radiologiques pulmonaires excavées et si le patient tousse.

    La déclaration de la maladie est obligatoire, et entraîne systématiquement une enquête avec examen de dépistage de l’entourage et des sujets contact.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Causes et facteurs de risque

Les facteurs de risque de la tuberculose pulmonaire sont bien identifiés : déficit immunitaire lié à une maladie (cancer, VIH) ou à un traitement (chimiothérapie, traitement immunosuppresseur), dénutrition, éthylisme. La maladie survient surtout dans des milieux sociaux défavorisés : immigration, détenus, toxicomanes ou SDF, la propagation d’une épidémie étant favorisée par la promiscuité.

Évolution de la maladie

Si identifiée et traitée correctement, l’évolution de la tuberculose se fait ordinairement vers la guérison. Cependant, elle peut se compliquer dans les cas suivants :

  • pleurésie tuberculeuse
  • pneumothorax
  • hémoptysie massive
  • détresse respiratoire
  • dissémination de la bactérie dans l’organisme par voie sanguine
  • résistance du bacille aux antibiotiques

Des séquelles ne sont pas rares :

  • dilatation des bronches
  • séquelles fibreuses, emphysème cicatriciel
  • aspergillome
  • insuffisance respiratoire chronique

Traitement

L’isolement en chambre d’hospitalisation avec protection respiratoire est obligatoire en cas de contagiosité (BK mis en évidence dans les sécrétions respiratoires). Il est maintenu au moins pendant les 15 premiers jours du traitement, et jusqu’à négativation des prélèvements de crachats.

Le traitement curatif repose sur l’association de plusieurs antibiotiques : pyrazinamide, éthambutol, rifampicine et isoniazide sont les plus couramment utilisés. Ils sont administrés par voie orale en une prise le matin à jeun. Le traitement dure au minimum 6 mois. La surveillance est régulière (prises de sang, examen ophtalmologique) en raison des effets secondaires. L’efficacité du traitement est jugée sur la clinique (poids, état général, symptômes respiratoires) et la radiographie.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.