La goutte : une maladie chronique très douloureuse

Concilio - La goutte : une maladie chronique très douloureuse

Le saviez-vous ?

La goutte touche près de 2% des adultes, et surtout des hommes. La première crise survient normalement vers l’âge de 30 ans à 45 ans pour les hommes, et après la ménopause pour les femmes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

La goutte : qu'est-ce que c'est ?

La goutte est une forme particulière d’arthrite provoquant des crises récurrentes de vives douleurs au niveau d’une articulation. Elle est liée à un fort taux d’acide urique dans le sang (hyperuricémie). Au-delà de 60mg/l, l’acide urique occasionne la formation de cristaux provoquant une réaction inflammatoire dans une articulation et les tissus l’entourant.

La goutte est plus fréquente chez les hommes de plus de 30 ans ainsi que chez les femmes ménopausées. Plusieurs facteurs favorisent les risques d’être atteint de cette maladie, notamment l’augmentation de l’espérance de vie, l’obésité, les affections cardiovasculaires, les maladies rénales chroniques et une alimentation non équilibrée. Par ailleurs, une forte consommation de bière, d’alcool fort, de sodas sucrés, d’abats ou de charcuterie ainsi que la prise de nombreux médicaments peut être à l’origine de la goutte.

Manifestations et évolution

La goutte apparaît le plus souvent comme une maladie familiale et héréditaire. Elle se traduit par un dysfonctionnement de l’élimination de l’acide urique par le rein. Cette pathologie se manifeste par des crises apparaissant de façon très brutale et très douloureuse. L’articulation concernée devient rouge et gonflée ; la moindre pression s’avère insupportable. La première crise disparaît spontanément en 1 à 2 semaines. Faute d’un traitement adapté, le taux trop élevé d’acide urique dans le sang provoque la formation d’amas indolores (tophus) au niveau des articulations et sous la peau.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic et traitement

Pour diagnostiquer une goutte, le médecin utilise un type de prélèvement précis selon le cas :

• La prise de sang : elle sert à mesurer le taux d’acide urique dans le sang (uricémie) ;

• La ponction du liquide synovial de l’articulation touchée : cette méthode consiste à rechercher des cristaux d’acide urique pour confirmer le diagnostic. C’est la méthode la plus efficace.

Les crises de goutte peuvent être momentanément soulagées par l’immobilisation de l’articulation et l’application d’une poche de glace. Lorsque le diagnostic est confirmé, des médicaments diminuant rapidement la douleur sont prescrits au patient. Leur prise se limite à une courte durée et est adaptée par le médecin selon le cas. Le plus souvent elle nécessite la prise de colchicine. Le diagnostic ainsi que le traitement de la goutte permettent une amélioration considérable de la qualité de vie des personnes qui en souffrent. En effet, le nombre de crises est réduit et les dommages permanents aux articulations sont prévenus.

Complications possibles

Lorsque la goutte n’est pas traitée de façon adéquate, les crises tendent à devenir plus fréquentes et le nombre d’articulations atteintes peut augmenter. L’arthrite s’installe alors de façon chronique dans les articulations telles que les genoux, les chevilles, les poignets ou les coudes. En outre, la négligence des traitements peut provoquer le dépôt d’acide d’urique dans les reins, entraînant par la suite des calculs rénaux ou une insuffisance rénale.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.