Traumatisme crânien fermé

Introduction au traumatisme crânien

Le traumatisme crânien se définit par un choc plus ou moins violent heurtant la tête. On parle de traumatisme crânien fermé lorsque l’impact n’entraine pas une fracture. Aussi appelée commotion cérébrale, cette atteinte correspond à un ébranlement du cerveau engendrant un dysfonctionnement des cellules cérébrales. Selon l’intensité de l’impact, le traumatisme crânien peut entraver le fonctionnement des neurones et de leurs prolongements, de façon temporaire ou définitive.

Les cas les plus courants de traumatismes crâniens sont :

  • La commotion cérébrale

La commotion cérébrale correspond à un étirement ou un déplacement de la matière nerveuse à l’intérieur de la boîte crânienne. Elle conduit à une perte de connaissance ou de mémoire provoquant l’altération transitoire et réversible de l’état mental du sujet.

  • Les contusions cérébrales

Les contusions cérébrales se traduisent par des saignements dans certaines parties du cerveau. Ceux-ci sont souvent associés à des hématomes.

  • Les hématomes

Les hématomes sont des collections de sang formées à l’intérieur ou autour du cerveau. Selon leurs types, ils peuvent entrainer un coma, voire un décès.

  • Les lésions axonales diffuses

Ces lésions sont dues à des forces de cisaillement provoquant la rupture des fibres nerveuses.

Etiologie du traumatisme crânien

Les traumatismes crâniens résultent, dans la majorité des cas, d’un accident de voiture/moto ou d’une chute. Dans de rares cas, ils sont occasionnés lors d’exercices sportifs ou de tâches domestiques. La violence physique constitue une cause potentielle de traumatisme cranio-cérébral.

Signes et symptômes du traumatisme crânien

Selon l’importance des lésions, le traumatisme crânien peut être à l’origine de nombreuses pathologies. L’on distingue des séquelles physiques comme les troubles de la motricité, de coordination ou de déglutition ; sensorielles telles que les troubles auditifs ou visuels ; cognitives à l’instar des troubles de la mémoire, de la lenteur mentale ou des troubles de concentration et des séquelles psychologiques. D’autres signes peuvent surgir à la suite d’un traumatisme crânien :

  • Des troubles de l’équilibre
  • Une anxiété
  • Une dépression
  • Des insomnies
  • Une instabilité nerveuse associée à une fatigue, des maux de tête, des vertiges ou des difficultés de concentration

Prise en charge du traumatisme crânien

La prise en charge d’un traumatisme crânien est fonction des circonstances du traumatisme. Le traitement passe obligatoirement par un scanner cérébral afin de déceler l’existence ou non de fractures du crâne, d’hémorragies ou d’hématomes. En cas d’hémorragie, la neurochirurgie d’urgence permet d’évacuer le sang inondant la boîte crânienne. Si le diagnostic ne révèle aucune lésion, le sujet, une fois sorti de sa brève perte de connaissance, est autorisé à retrouver son domicile.