Tumeurs neuro-endocrines : gastrinome, insulinome, vipome, glucagonome

Concilio - Tumeurs neuro-endocrines : gastrinome, insulinome, vipome, glucagonome

Le saviez-vous ?

Le système hormonal est complexe et un dérèglement hormonal peut avoir des conséquences à plusieurs niveaux, de manière plus moins grave.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques d’endocrinologie.

Généralités

Les tumeurs neuroendocrines sont des proliférations cellulaires anormales ordinairement localisées dans le système digestif. Ces excroissances se distinguent notamment de par leur faculté à sécréter des hormones. Elles sont habituellement produites par les glandes endocrines.

Les tumeurs neuroendocrines sont généralement bénignes. Néanmoins, dans certains cas, ces grosseurs évoluent pour devenir des tumeurs malignes, c’est-à-dire des masses cancéreuses.

Lorsque les tumeurs neuroendocrines sont diagnostiquées tardivement, le pronostic est engagé. En effet, ces protubérances peuvent engendrer la formation de métastases et se propager au niveau des ganglions lymphatiques avoisinants, du foie et des poumons.

Classification

Les différentes tumeurs neuroendocrines sont désignées selon le type de cellule cancéreuse présent chez le patient affecté et l’hormone que cette composante précise secrète dans le corps du sujet en question :

  1. Les insulinomes sont des tumeurs du pancréas. Cette glande est située à l’arrière de l’estomac. Comme leur nom l’indique, les insulinomes sécrètent de l’insuline. Cette hormone est une substance biologique synthétisée qui contrôle le taux de sucre sanguin et a pour conséquence la diminution du glucose dans le sang.
  2. Les glucagonomes sont des tumeurs endocrines plutôt rares, qui se développent également à partir des cellules du pancréas dans une grande majorité des cas. Elles produisent le glucagon. Cette hormone hyperglycémiante entraîne une augmentation de la quantité de glucose sanguin.
  3. Les gastrinomes sont des tumeurs rares qui secrètent de la gastrine. Cette hormone synthétisée par la muqueuse de l’estomac et de l’intestin grêle est indispensable lors de la digestion.
  4. Les VIPomes sont des tumeurs sécrétant du peptide vasoactif intestinal (VIP), responsable de diarrhées chroniques.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Examens médicaux

Lorsqu’on suspecte une tumeur neuroendocrine, plusieurs examens médicaux peuvent être prescrits :

  • Dosage sanguin de la chromogranine A, marqueur tumoral spécifique des tumeurs neuroendocrines.
  • Un dosage sanguin des hormones : insuline / glucagon / gastrine / VIP…
  • Un scanner du thorax, de l’abdomen et du pelvis.
  • Un IRM abdominale.
  • Un TEP-scanner
  • Une scintigraphie des récepteurs à la somatostatine
  • Une biopsie, indispensable avant d’entreprendre un traitement.

Traitement

Le traitement de référence des tumeurs neuroendocrines localisés est le traitement chirurgical.

En cas de tumeurs évolués ou non opérables, plusieurs traitements médicaux peuvent être proposés : chimiothérapie, thérapies ciblées ou analogue de la somatostatine.

754 endocrinologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.