Stéatose hépatique : pathologie du foie

Concilio - Stéatose hépatique : pathologie du foie

Le saviez-vous ?

La stéatose hépatique touche environ 25% de la population mondiale (23% en Europe) et inquiète de plus en plus les spécialistes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de gastro-entérologie.

Généralités

La stéatose hépatique ou « maladie du foie gras » est une affection caractérisée par l’accumulation de graisse dans les cellules du foie. Ce terme désigne plus précisément l’infiltration de triglycérides dans les hépatocytes. Assez courante dans les pays développés, la stéatose hépatique touche surtout les hommes entre 40 et 60 ans. Cette pathologie affecte un foie en bonne santé. L’accumulation progressive de graisse entraîne l’augmentation de la sensibilité aux facteurs susceptibles de causer des dommages au foie et entraîner une inflammation ou une fibrose. Il existe plusieurs formes de stéatose hépatique :

  • La stéatose hépatique non alcoolique simple : elle est caractérisée par une accumulation de graisses dans le foie sans provocation de dommages aux cellules hépatiques
  • La stéato-hépatite non alcoolique : elle peut entraîner des dégâts sévères, notamment une cirrhose ou des cicatrices hépatiques
  • La stéatose hépatique alcoolique : liée à la consommation excessive d’alcool, elle implique un important taux de triglycérides

Causes

La stéatose hépatique est principalement due à des apports alimentaires trop riches en lipides et/ou une consommation chronique d’alcool. Par ailleurs, les facteurs suivants prédisposent à cette affection :

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptômes et éventuelles complications

La stéatose hépatique ne présente aucun symptôme apparent. La plupart du temps, elle est découverte de façon fortuite lors d’un test d’imagerie abdominale (échographie ou tomodensitométrie ou IRM) réalisé pour d’autres raisons. Dans certains cas cependant, le patient peut se plaindre d’une douleur sourde au niveau de l’abdomen ou dans la région du foie. Il peut aussi éprouver plus de fatigue que d’habitude. En outre, une augmentation de la taille du foie (hépatomégalie) peut se manifester chez le sujet malade.

La plupart des individus atteints de stéatose hépatique présentent généralement un état stable, la maladie dégénérant rarement en hépatite. Toutefois, ceux-ci peuvent quelquefois avoir une insuffisance hépatique puis une véritable cirrhose hépatique. Par ailleurs, on constate que les personnes affectées par cette maladie sont plus prédisposées aux troubles cardiovasculaires car elles partagent les mêmes facteurs de risque.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic de la stéatose hépatique requiert la palpation du patient (confirmation de l’hépatomégalie) ainsi qu’un test d’imagerie du foie. Ce dernier permet d’identifier les dépôts de graisse dans cet organe. En outre, une analyse de sang sera réalisée pour contrôler une éventuelle évolution vers le stade de cirrhose. Le traitement, quant à lui, est essentiellement symptomatique.

Il sera également recommandé au patient de suivre un régime équilibré et d’exercer une activité physique régulière pour perdre du poids, c’est l’élément clé du traitement. Il faudra également traiter l’éventuel diabète, hypertension ou dyslipidémie associée. Il faudra de plus limiter les médicaments ou toxiques (alcool) qui abîment eux aussi le foie.

1005 gastro-entérologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.