Œsophagite caustique

Concilio - Œsophagite caustique

Le saviez-vous ?

110 000 personnes par an dans le monde présente une inflammation de l’oesophage du à l’ingestion d’un produit caustique, qui brûle à des degrés variables la paroi interne de cet organe.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de gastro-entérologie.

Généralités

L’œsophagite correspond à une inflammation de la muqueuse de l’œsophage rendant la déglutition douloureuse. La gravité et la localisation des lésions varient selon la quantité, la nature, la concentration et la forme physique des substances ingérées. L’ingestion de caustique en est une cause.

Prévalence

L’œsophagite caustique touche 110 000 personnes par an dans le monde, et survient de façon accidentelle chez les enfants, notamment chez ceux de moins de 4 ans.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Facteurs déclenchants

L’œsophagite caustique est généralement secondaire à l’ingestion de produits chimiques entre autres la soude, l’eau de javel, les acides forts responsables de lésions graves et d’escarres et surtout les produits basiques comme le Destop.

Symptômes

L’œsophagite caustique se manifeste par des brûlures dans la bouche, dans la poitrine, notamment en arrière de sternum ou dans le creux de l’estomac, une stase salivaire (hypersialorrhée), une dysphagie, des vomissements aqueux ou sanglants ainsi qu’une difficulté à respirer ou dans les formes graves des signes de choc tels qu’une baisse de la tension.

Diagnostic

Le diagnostic de l’œsophagite caustique repose sur l’interrogatoire du patient et de son entourage ainsi que l’examen de sa bouche et de sa gorge et par une fibroscopie oesogastroduodénale. D’autre part, il prend en compte son état général, notamment les éventuels signes de choc, la baisse de la tension ou la tachycardie.

Durant l’ingestion du produit caustique, il est important de déterminer :

  • Les antécédents psychiatriques du sujet
  • La prise d’autres substances toxiques ou médicamenteuses
  • Le mode de survenue accidentel ou volontaire
  • L’heure d’ingestion des produits

Traitements

La première prise en charge de l’œsophagite caustique implique une position semi-assise au cours de laquelle le patient est mis sous perfusion. Les gestes de premier secours sont effectués avant hospitalisation en urgence. En fonction de l’intensité des lésions observées par endoscopie, le traitement des lésions aigües varie. Il peut s’agir d’une simple surveillance de 24 h comme une intervention chirurgicale en passant par un traitement par nutrition par voie veineuse ainsi qu’une réévaluation des lésions, au plus tard 8 jours.

L’oesophagoplastie ou intervention chirurgicale reste le dernier recours et consiste à remplacer une partie ou la totalité de l’œsophage. D’autre part, l’oesophagectomie à thorax fermé constitue une excellente alternative à l’oesophagectomie par thoracotomie.

Pronostic

Le pronostic dépend des lésions constatées et du délai avant le diagnostic. Compte tenu des complications et du risque de cancer de l’œsophage, un pronostic à distance doit être évalué. Le cancer de l’œsophage ne touche que 5% des patients, le plus fréquemment entre 40 à 50 ans.

La complication la plus fréquente à moyen terme reste la sténose œsophagienne qui peut nécessiter des dilatations endoscopiques.

1005 gastro-entérologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.