Thoracotomie : ouverture chirurgicale de la paroi thoracique

Concilio - Thoracotomie : ouverture chirurgicale de la paroi thoracique

Le saviez-vous ?

Spécialité chirurgicale, la chirurgie viscérale traite principalement les pathologies affectant les organes abdomino-pelviens.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de chirurgie viscérale.

Description

La thoracotomie consiste en une ouverture chirurgicale de la cage thoracique. Son objectif est de traiter les maladies pulmonaires et cardiaques lorsque les interventions non invasives n’aboutissent pas à un objectif ou ne sont pas définitives, et lorsqu’une thoracoscopie (moins agressive, exposant à moins de complications) ne peut être réalisée. Elle se réalise en effectuant une incision entre deux côtes, l’accès aux organes sous-jacents étant facilité par l’utilisation d’un écarteur de côtes. Différents types de thoracotomie existent en fonction de l’endroit de l’incision. Une thoracotomie est par exemple requise pour une chirurgie cardiaque, un pontage coronarien ou une pneumonectomie.

Les divers types de thoracotomie

  • La thoracotomie antérolatérale :
    l’opération est réalisée au niveau de la paroi thoracique antérieure. Elle s’effectue sur la partie gauche de la poitrine en vue de réaliser un massage cardiaque interne. Cette manœuvre est nécessaire lors des arrêts cardiaques survenus après un traumatisme thoracique.
  • La thoracotomie postéro-latérale :
    elle concerne les opérations de la plèvre, du poumon, de l’œsophage, du diaphragme et d’une partie du médiastin (aorte thoracique, veine cave supérieure et trachée). Ce type de thoracotomie se pratique au niveau du 5e espace intercostal et requiert de sectionner une partie du muscle grand dorsal. De ce fait, cette opération est assez agressive. Toutefois, la large ouverture permet de facilement accéder au hile pulmonaire (veine et artère pulmonaire). Ce choix est donc privilégié pour la résection pulmonaire (lobectomie ou pneumonectomie).
  • La sternotomie médiane ou incision sternale :
    elle est effectuée lorsqu’il faut accéder aux deux poumons (comme lors d’une réduction du volume pulmonaire), ou au cœur (comme lors d’un pontage coronarien).

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Avant et après la chirurgie

Avant l’intervention : dans certains cas, le chirurgien peut exiger divers examens sur le fonctionnement des poumons, des reins, du foie, du cœur et des artères. Ils ne sont pourtant pas systématiques chez les enfants. Une kinésithérapie respiratoire peut être envisagée pour apprendre au malade à optimiser et à contrôler sa respiration.

  • Une EFR (épreuve fonctionnelle respiratoire) afin de déterminer les capacités respiratoires. Pour ce faire, le patient souffle dans des appareils de mesure ; cet examen est indolore.
  • Une scintigraphie pulmonaire pour prédire les conséquences fonctionnelles respiratoires de l’ablation d’une partie de poumon
  • Une mesure des gaz du sang pour évaluer le taux d’oxygène et de gaz carbonique dans le sang artériel.
  • Une radiographie des poumons.
  • Un électrocardiogramme pour explorer le cœur et son fonctionnement.

Après l’intervention, on laisse en place des drains thoraciques pour enlever les fluides ainsi que l’air de la cavité pleurale : l’hémothorax et le pneumothorax sont ainsi évacués. La douleur post-opératoire est systématiquement traitée par des antalgiques puissants. Une surveillance post-opératoire rapprochée de l’état respiratoire et des drains est indispensable.

1305 chirurgiens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.