IVG : Interruption volontaire de grossesse

Concilio - IVG : Interruption volontaire de grossesse

Le saviez-vous ?

En France métropolitaine, le taux de recours à l’IVG est de 13,9 IVG pour 1 000 femmes âgées de 15 à 49 avec des disparités régionales.

L’équipe médicale de Concilio peut vous accompagner personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Des étapes préalables

L’interruption volontaire de grossesse ou IVG est légale en France, mais elle est réglementée. Ainsi, le délai légal est fixé à la fin de la 12e semaine de grossesse, soit 14 semaines d’aménorrhée. La femme est seule maîtresse de sa décision. Une fille mineure doit exprimer clairement sa décision d’avorter sans la présence de ses parents. Elle doit obtenir l’autorisation de l’un de ses parents, mais elle peut s’en passer en cas d’impossibilité de dialogue. Dans ce cas, elle doit être accompagnée d’une personne majeure. Le délai de réflexion n’est plus obligatoire même s’il est toujours mieux de se laisser le temps de réfléchir à sa décision. Un entretien pyscho-social est obligatoire pour les mineures afin d’obtenir une attestation requise pour procéder à une IVG.

La méthode médicamenteuse

La méthode médicamenteuse est possible jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse. Elle est réalisée dans le cabinet d’un médecin ou dans une structure médicale. Dans un premier temps, la patiente prend de la mifépristone (RU 468) par voie orale pour interrompre sa grossesse. 36 à 48 heures après, elle prend du misoprostol par voie orale également. Ce médicament provoque les contractions nécessaires pour l’expulsion de l’œuf. Dans la majorité des cas, l’œuf est expulsé lorsque la patiente est chez elle.

Si le taux de réussite de l’IVG médicamenteuse est de 95%, une hémorragie abondante peut nécessiter une aspiration ou un curetage. Dans 5% des cas, une partie de l’œuf n’est pas expulsée rendant nécessaire une aspiration pour l’évacuer de l’utérus. Une échographie de contrôle une semaine après l’IVG est indispensable.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


La méthode chirurgicale

La méthode chirurgicale est réalisée sous anesthésie locale ou générale selon les décisions du médecin anesthésiste lors d’une consultation programmée 48 heures avant l’intervention. La patiente ne doit plus boire, ni manger, ni même fumer depuis minuit la veille de l’opération. L’intervention est réalisée en ambulatoire et ne nécessite donc pas d’hospitalisation. Cependant, une hospitalisation avant et après l’opération est nécessaire si aucune personne ne peut accompagner la patiente. L’intervention dure environ 20 minutes. Le col de l’utérus est dilaté afin de faciliter l’aspiration de l’œuf. La patiente est ensuite installée en salle de réveil pendant 2 heures avant d’être ramenée dans sa chambre.

Dans moins de 1% des cas, l’aspiration ou la dilatation du col provoquent la déchirure du col de l’utérus. Dans des cas exceptionnels, des plaies au niveau de certains organes comme les intestins ou les voies urinaires nécessitent une ouverture de l’abdomen.

Il est indispensable de discuter avec votre gynécologue de la contraception ultérieure pour éviter toute nouvelle grossesse non désirée.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.