Neuropathies optiques

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Neuropathie optique : de quoi s'agit-il ?

La neuropathie optique est une lésion au niveau du nerf optique. On distingue la neuropathie optique rétrobulbaire, la neuropathie optique ischémique antérieure et la neuropathie optique toxique et carentielle.

La neuropathie optique rétrobulbaire

La neuropathie optique rétrobulbaire se caractérise par l’inflammation du nerf optique causant une perte partielle ou totale de la vision. La sclérose en plaques est l’une de premières causes à l’origine de cette affection. 50 % des patients atteints de la sclérose en plaques présentent une neuropathie optique rétrobulbaire au cours de leur maladie. Des maladies infectieuses telles que la syphilis, l’herpès zoster ou la maladie de Lyme peuvent également causer une neuropathie optique rétrobulbaire.

Elle se manifeste par une baisse de l’acuité visuelle limitée à un seul œil accompagnée d’une douleur périorbitaire qui s’intensifie lors de la mobilisation des yeux. Lors de l’examen clinique, le réflexe photomoteur direct et l’acuité visuelle sont réduits. Elle touche surtout de jeunes adultes âgés entre 18 et 45 ans avec une prédominance féminine. Après traitement, la vision redevient normale dans la plupart des cas. Toutefois, on observe chez certains patients une stabilisation du déficit visuel.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

La neuropathie optique ischémique antérieure

La neuropathie optique ischémique antérieure (NOIA) est due à une ischémie de la tête du nerf optique. L’ischémie est la conséquence de l’occlusion des artères ciliaires postérieures. Elle est causée par une artériosclérose avec occlusion d’une artère ciliaire postérieure. La neuropathie optique ischémique antérieure est également l’une des complications de la maladie de Horton (une maladie inflammatoire des vaisseaux).

La NOIA se manifeste par une baisse brutale d’acuité visuelle unilatérale dont la durée est variable (plusieurs jours à plusieurs semaines). Elle n’est pas douloureuse. Cette perte de la vision est précédée par des douleurs articulaires, des céphalées… L’observation du fond de l’œil permet de détecter un œdème papillaire et de diagnostiquer la NOIA.

La neuropathie optique toxique et carentielle

La neuropathie optique toxique et carentielle est due à l’absorption de substances toxiques ou une carence nutritionnelle. Elle est assez rare dans les pays industrialisés et est généralement associée à la prise de médicaments, mais surtout à l’abus d’alcool et de tabac. Dans les pays en voie de développement, elle est le plus souvent due à des carences nutritionnelles.

Elle se caractérise par une perte de vision bilatérale, indolore, symétrique, graduelle et progressive. Le premier signe qui alerte les patients est le changement de la vision des couleurs (exemple : le rouge devient moins brillant). Le diagnostic est établi après un examen de l’œil, une IRM et une analyse sanguine (pour détecter la présence de produit toxique ou une carence en vitamine B12).

Le traitement diffère en fonction des causes (inflammation, intoxication, infection…).

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.