Glioblastome : un cancer cérébral

Concilio - Glioblastome : un cancer cérébral

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Introduction au glioblastome

Le glioblastome est causé par la prolifération anormale des cellules appelées astrocytes. Ce cancer cérébral survient à tout âge, mais la majorité des personnes touchées sont âgées de 45 à 70 ans. La cause exacte de la maladie n’est pas encore connue, mais les chercheurs ont quelques hypothèses, notamment une origine virale périnatale ou des prédispositions génétiques.

Le glioblastome se localise le plus souvent au niveau des hémisphères cérébraux et dans la matière blanche. Son évolution est souvent très rapide, environ 2 à 3 mois.

Symptômes du glioblastome

Les symptômes diffèrent en fonction de la localisation et de la taille de la tumeur. Les signes annonciateurs sont les conséquences de l’augmentation de la pression intracrânienne : des maux de tête, des nausées, des vomissements, une grande fatigue, un tempérament dépressif, une faiblesse d’un membre, des troubles de la parole, de la vision et du comportement, des épilepsies…

En cas de suspicion de tumeur, le médecin traitant oriente son patient vers les médecins spécialistes. Ces derniers effectuent ensuite différents examens sur le malade :

  • Examens neurologique et clinique pour évaluer le fonctionnement du système nerveux. Plusieurs tests sont alors effectués : exercices musculaires (serrer la main, marcher sur une ligne droite, équilibre…), tests de la coordination des mouvements, de la sensibilité, des réflexes, de la vue, auditif, de la parole, de la lecture, de l’écriture, de mémoire et de compréhension.
  • IRM et scanner pour obtenir une image précise du cerveau.
  • Examens anatomopathologique : analyse d’un échantillon de la tumeur prélevé lors d’une biopsie.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement du glioblastome

Les traitements du glioblastome sont la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. L’ablation chirurgicale de la tumeur ou l’exérèse est pratiquée si la tumeur est accessible. La chirurgie permet d’enlever efficacement et rapidement la masse tumorale. Par ailleurs, le chirurgien peut optimiser la destruction des cellules tumorales restantes en injectant un médicament à l’emplacement de la tumeur. Dans la majorité des cas, la tumeur est souvent profonde et inopérable. Les cellules cancéreuses sont alors détruites par la radiothérapie ou la chimiothérapie.

Les deux techniques peuvent être combinées pour optimiser les résultats du traitement. Lors de la radiothérapie, les cellules cancéreuses sont exposées aux rayons. La chimiothérapie consiste à administrer des médicaments visant à stopper la prolifération des cellules tumorales. Le protocole de Stupp, qui se traduit par l’application simultanée de la radio-chimiothérapie, est le traitement standard pratiqué en cas de glioblastomes.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.