Gliomes : différents types de tumeurs cérébrales

Concilio - Gliomes : différents types de tumeurs cérébrales

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Introduction au gliome

Un gliome est une variété de tumeur cérébrale très souvent maligne, c’est à dire une masse de cellules cancéreuses intracrânienne. Les gliomes de grade primitif concernent 45% des cas de tumeurs cérébrales.

Il existe 3 types de gliomes :

  • L’oligodendrogliome
    Touchant généralement les adultes, cette tumeur se forme dans les cellules dites oligodendrocytes et évolue dans d’autres parties du cerveau ou de la moelle épinière.
  • L’astrocytome
    Plus commune chez les enfants, cette tumeur se forme dans les cellules astrocytes. Selon le cas, elle peut avoir des bordures nettes avec un tissu cérébral normal ou non.
  • L’épendymome
    Ce type de tumeur commence dans les cellules épithéliales du cerveau et de la moelle épinière. Celles-ci favorisent la cicatrisation des lésions du tissu nerveux.

Etiologie du gliome

Les étiologies de ces tumeurs cérébrales primitives sont inconnues. Les recherches émettent des hypothèses liées à des facteurs héréditaires. Les personnes porteuses de gènes sont donc plus exposées aux risques de contracter les gliomes. Toutefois, des facteurs environnementaux comme les produits chimiques, les aliments ou les radiations sont susceptibles de changer la structure de ces gènes.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptômes du gliome

Selon leur localisation, les gliomes font intervenir de nombreux symptômes incluant la perte de la parole, les déficits moteurs ou les troubles de la vue. Les signes les plus fréquents sont :

  • Les maux de tête : associés à des nausées, des vomissements ou des problèmes de vision. L’intensité de la douleur varie selon la gravité de la tumeur.
  • Les crises convulsives : causées par effet de la lésion tumorale sur le cerveau. Elles peuvent être partielles ou généralisées.
  • Les modifications comportementales.

Situés dans la moelle épinière, les gliomes se manifestent par :

  • Une incapacité à ressentir les changements de température
  • Une dysfonction érectile
  • Une douleur dans les bras, le dos, les jambes, le cou
  • Une douleur thoracique
  • Une perte de contrôle musculaire
  • Une faiblesse ressentie dans les membres ou le tronc supérieur

Traitement du gliome

De nombreux traitements sont prévus pour soigner les personnes atteintes du gliome. Parmi les techniques adoptées, l’on retrouve la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie.

La chimiothérapie recourt à une association de médicaments puissants en vue d’éradiquer les cellules cancéreuses. Le patient encourt néanmoins certains risques dans la mesure où les médicaments affectent les cellules saines, entraînant une perte de cheveux et des vomissements.

Selon l’emplacement de la tumeur, la chirurgie se révèle une alternative efficace. Néanmoins, son champ d’action est limité à certains endroits du cerveau.

La radiothérapie est également recommandée pour détruire les cellules atteintes de la tumeur. En vue de protéger les cellules saines, les spécialistes procèdent à une radiation seulement au début ou après l’opération.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.