Méningiome : symptômes et traitements

Méningiome, une tumeur bénigne

Le méningiome désigne une tumeur non-invasive qui se développe au niveau des méninges, notamment des cellules arachnoïdiennes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Pathologies et causes du méningiome

Les méninges sont des enveloppes entourant le cerveau et la moelle épinière. Elles comprennent la dure-mère, l’arachnoïde et la pie-mère. La dure-mère protège l’encéphale, le cervelet et le tronc cérébral. L’arachnoïde se trouve entre la dure-mère et la pie-mère. Elle contient le liquide céphalo-rachidien. La pie-mère est constituée d’une membrane très fine adhérant à la surface du système nerveux. C’est là que des méningiomes peuvent se développer.

Les pathologies pouvant toucher les méninges sont nombreuses et notamment :

  • la méningite,
  • le méningiome,
  • le méningocèle,
  • la méningo-encéphalite,
  • la méningoradiculite.

Les causes du méningiome sont encore mal connues. Le méningiome représente environ 35% des tumeurs du système nerveux central. Cette tumeur cérébrale touche plus fréquemment les femmes.

Facteurs de risque du méningiome

On distingue plusieurs grands facteurs de risque connus favorisant l’apparition des méningiomes :

  1. Les hormones
    Ainsi, en juin 2019, l’ANSM a confirmé le risque de méningiomes pour les patients traités par Androcur©1
  2. Les radiations ionisantes.
  3. Le neurochirurgien américain Harvey Cushing a également observé qu’un traumatisme crânien peut augmenter le risque de développer un méningiome.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Symptômes du méningiome

Les symptômes du méningiome diffèrent selon la localisation des tumeurs, mais les manifestations sont en général :

  • des maux de tête,
  • des crises d’épilepsie,
  • des troubles de la vision,
  • des douleurs dans les membres inférieurs et supérieurs,
  • une perte de la sensibilité,
  • une paralysie de la partie inférieure du corps.

Le méningiome évolue lentement, pendant des années, avant de provoquer les symptômes précités, notamment lorsqu’il se situe dans une zone dite « parlante ». En revanche, si la tumeur se développe dans une région « muette », qui tolère une compression, elle peut atteindre une taille importante et provoquer des troubles psychiques.

Diagnostic du méningiome

En cas de méningiome, le scanner cérébral affiche une masse située entre l’os et le cerveau pouvant s’accompagner d’un épaississement osseux (bosse sur la tête).

L’IRM cérébral procure plus de précision en indiquant la position de la tumeur entre l’os et le cerveau.

Traitement du méningiome

Après la mise en évidence du méningiome par un scanner ou une IRM, seule la chirurgie permet de l’enlever.

Certains méningiomes situés à la base du crâne sont inopérables. Les méningiomes de petite taille et qui ne provoquent pas de symptômes ne sont pas enlevés, mais font l’objet d’une surveillance stricte. L’exérèse est pratiquée uniquement si la tumeur augmente de taille et provoque des manifestations. Après l’intervention chirurgicale, les désordres cliniques provoqués par la tumeur disparaissent en général totalement. Toutefois, il existe un risque de récidive d’environ 10 % à 10 ans pour les méningiomes bénins.

La radiothérapie n’est pratiquée qu’en cas de méningiomes de grade III.

Sources

  1. Focus on: Cyproterone acetate (Androcur and its generics) and risk of meningioma – 20/09/2019 – Annual Report – ANSM
    https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/f4cf76027b39cfd7b45c783ed8ae280f.pdf
  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr. A. Morjane
  • Date de révision :

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.