Glaucome chronique : une pathologie chronique liée à une hypertonie oculaire

Concilio - Glaucome chronique : une pathologie chronique liée à une hypertonie oculaire

Le saviez-vous ?

La cataracte atteint plus d’une personne sur cinq à partir de 65 ans, le glaucome une sur dix à partir de 70 ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que le glaucome chronique ?

Le glaucome chronique est une maladie ophtalmologique définie par une dégradation insidieuse et progressive des fibres nerveuses composant le nerf optique. Ce phénomène est souvent provoqué par une augmentation anormale de la pression oculaire mais pas exclusivement (glaucome à pression normale). L’affection est souvent héréditaire et peut entraîner la cécité.

Cette affection est reconnue comme la seconde cause de cécité aux USA et la première cause au sein de la population afro-américaine. Ainsi, cette tranche de la population présente un risque plus élevé. Les autres facteurs de risque à considérer incluent l’âge, la myopie, la présence d’une hypertonie du globe oculaire et les antécédents familiaux de glaucome.

Physiopathologie

Le glaucome chronique est associé à de nombreux éléments, notamment :

  • des facteurs héréditaires encore mal connus. Toutefois, la maladie est liée à une mutation du gène codant de la myociline chez environ 5 % des cas chez l’adulte ;

  • une hypoperfusion du nerf optique. Ce problème est provoqué par des anomalies de la microcirculation (des petits vaisseaux sanguins au niveau de l’œil) ;

  • une hypertonie oculaire (augmentation de la pression dans le globe oculaire). Normalement, la pression oculaire est inférieure à 21 mmHg.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Formes cliniques

L’affection peut se présenter sous plusieurs formes, comme :

  • le glaucome chronique à angle ouvert ou fermé avec une hypertonie oculaire.

  • le glaucome chronique à pression oculaire normale. Dans ce cas, le patient ne présente aucune hypertonie intraoculaire. De ce fait, les lésions du nerf optique proviennent d’anomalies vasculaires. La prise en charge doit ainsi commencer par le traitement des facteurs de risques cardio-vasculaires comme le diabète, le tabagisme, l’obésité ou la sédentarité ;

  • le glaucome pigmentaire. Cette maladie se caractérise par la présence de pigments au niveau de la chambre antérieure englobant l’angle iridocornéen, la face postérieure de la cornée et le cristallin ;

  • le glaucome exfoliatif ou accompagné d’une exfoliation capsulaire ;

  • les cas de glaucomes chroniques juvéniles. Relativement rares, ces cas cliniques sont définis par une hypertonie intraoculaire avec une pression très élevée chez des enfants.

Traitement

Le premier objectif de la prise en charge consiste à réduire la pression intraoculaire du patient pour arrêter le processus attaquant les fibres optiques. Le traitement repose le plus souvent sur la prescription de collyres hypotonisants. Ces substances permettent de diminuer la synthèse de l’humeur aqueuse au niveau du corps ciliaire ou d’augmenter son élimination par les voies d’excrétion naturelles. Selon le cas, les médecins peuvent prescrire : des bêtabloquants, des inhibiteurs d’anhydrase carbonique, des agonistes α-adrénergique ou des produits analogues aux prostaglandines.

Le traitement est en général prescrit « à vie ». En cas d’échec, l’ophtalmologiste peut proposer une intervention physique sur les corps ciliaires ou sur le trabéculum. Cette dernière opération peut être chirurgicale à travers une scérectomie profonde non perforante ou une trabéculectomie. Certains médecins optent pour un traitement au laser tel que la trabéculoplastie au laser argon ou au laser SLT.

843 ophtalmologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.