Prothèse totale du genou

Concilio - Prothèse totale du genou

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Généralités

Une prothèse totale vise à remplacer l’articulation de genou lésée à travers une intervention chirurgicale. Contrairement à la technique dite partielle, celle-ci consiste à rétablir l’intégralité du site. Selon la préférence du patient, l’on distingue de nombreux types de prothèses qui diffèrent en forme et en matériau. En ce qui concerne leur fiabilité, ces implants donnent d’excellents résultats, et ce, pendant plusieurs années. La prothèse totale du genou est formée de trois éléments :

  • Une pièce métallique ou titane qui remplace la zone lésée sur le tibia, et d’un plateau en polyéthylène amovible

  • Une pièce en polyéthylène fixée sur la rotule, indispensable au glissement entre fémur et tibia

  • Une pièce métallique constituée d’un alliage cobalt-chrome qui remplace la zone affectée du fémur

L’intervention

Avant l’opération chirurgicale, un bilan complet est nécessaire. Il consiste en un dépistage des facteurs de risque favorables aux complications post-opératoires immédiates ou susceptibles d’entraîner une usure ou un descellement ultérieur de la prothèse comme :

  • Les antécédents de thrombose veineuse

  • Le diabète

  • L’algodystrophie

  • Le traitement corticoïde ou immunodépresseur

  • Une infection à distance ou une infection locale ancienne ou larvée

D’autre part, un dépistage des foyers infectieux s’impose en vue de déceler la présence de microbes susceptibles d’infecter la prothèse.

À l’issue de ces examens, le patient est hospitalisé pour une durée de 8 à 10 jours.

Suite aux progrès des techniques d’intervention ainsi qu’à la modernisation des instruments chirurgicaux, l’opération peut être effectuée de manière mini-invasive ou avec l’assistance d’un ordinateur. Après une anesthésie loco-régionale ou totale, le chirurgien réalise une incision à la partie antérieure du genou, de 15 cm environ. Le cartilage lésé est alors retiré, de même que les tissus inflammatoires et les excroissances osseuses. La mise en place de la prothèse est précédée du lavage du fémur, du tibia et de la rotule.

À l’issue de celle-ci, la peau est refermée avec des fils résorbables.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Après l’intervention

Le sujet peut se lever et s’asseoir quelques heures à 2 jours après l’intervention. La marche est reprise progressivement à l’aide de béquilles. Les drains de redon sont enlevés le 3e jour de la chirurgie. La rééducation est souvent recommandée pendant 2 à 4 semaines environ. À noter qu’un oedème peut persister plusieurs mois après l’intervention.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.