Mucolytiques ou expectorants

Concilio - Mucolytiques ou expectorants

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Définition

Les mucolytiques sont des substances qui permettent de fluidifier le mucus et favoriser son élimination. Ils sont utilisés dans le traitement d’une toux grasse ou productive. En diminuant la viscosité du mucus, ils favorisent l’expulsion des sécrétions. Le mucus qui s’accumule dans les voies respiratoires peut en effet entraîner un encombrement bronchique. Les mucolytiques ne constituent pas des antitussifs. Ils ne sont ainsi pas destinés à guérir une toux sèche.

La toux grasse ou toux productive est une toux dite « utile », car elle permet à l’organisme de dégager les voies respiratoires en favorisant le drainage du mucus. Elle représente un moyen de défense naturel de l’organisme. Le rôle des mucolytiques n’est donc pas de stopper la toux, mais plutôt de favoriser l’expulsion des mucus sous forme de crachats. Les voies respiratoires sont alors dégagées.

Indications

Les fluidifiants bronchiques peuvent se présenter sous forme de granulés, de comprimés ou de sirop. Ils peuvent parfois, sous surveillance médicale stricte, être administrés en inhalation.

Les fluidifiants bronchiques les plus utilisés sont notamment l’acétylcystéine, la bromhéxine, la carbocistéine, l’ambroxol, l’erdostéine, la terpine, la guaïfénésine, etc.

La prise de fluidifiants bronchiques est souvent associée à des séances de kinésithérapie respiratoire afin de favoriser l’expectoration des sécrétions bronchique. Une automédication prolongée est vivement déconseillée surtout si la toux persiste. L’encombrement des bronches peut en effet entraîner une aggravation d’une insuffisance respiratoire sous-jacente (cf. « mise en garde »). Il est impératif de consulter un médecin qui sera en mesure de proposer le meilleur traitement.

L’utilisation de fluidifiants bronchiques ne doit pas être associée aux médicaments possédant des principes actifs antitussifs.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Contre-indications

L’usage des mucolytiques ne doit pas être systématique. Il convient de toujours se référer à son médecin avant d’entamer un traitement.
Les fluidifiants bronchiques sont déconseillés :

  • Chez les enfants de moins de 15 ans
  • En cas de grossesse ou d’allaitement
  • En cas d’allergie à l’un des produits
  • Chez les personnes atteintes d’une insuffisance rénale ou hépatique
  • Chez les personnes atteintes d’un ulcère gastro-duodénal

Les mucolytiques peuvent entraîner des troubles digestifs ou provoquer des allergies.

Mise en garde

Les mucolytiques ne doivent être prescrits que pour les patients en mesure d’expectorer leur crachat en toussant. Dans le cas contraire, l’utilisation d’un fluidifiant bronchique risquerait de causer une inondation bronchique sérieuse, pouvant conduire à une asphyxie.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.