Le dépistage du cancer du poumon

Concilio - Le dépistage du cancer du poumon

Le saviez-vous ?

Le cancer du poumon est l’un des plus meurtriers. Le diagnostic à un stade tardif en est en grande partie responsable.

Concilio vous donne accès au meilleur de la prévention pour vous et vos proches, en sélectionnant pour vous les meilleurs centres de soins partout dans le monde.

Le cancer du poumon en chiffres

Le cancer du poumon est l’un des plus meurtriers. Le diagnostic à un stade tardif en est en grande partie responsable. En France, environ 45 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Le taux de survie de 5 ans tourne autour de 80 % pour une tumeur mesurant moins de 15 mm, contre 10 % seulement si le diamètre de la tumeur est plus important. Plus le cancer du poumon est à un stade avancé, plus il est difficile à soigner.

Ainsi, il est primordial de le détecter à un stade précoce afin d’augmenter les chances de guérison. Selon un rapport de l’Université de Liverpool, une prise en charge de la maladie à son stade initial augmente le taux de survie à 5 ans de 73 %.

La particularité du dépistage du cancer du poumon

Si pour certains cancers (cancer du sein, cancer colorectal ou cancer du col de l’utérus), des examens de référence permettent de détecter la pathologie à ses débuts, les démarches de dépistage précoce sont moins accessibles pour le cancer du poumon. Ce test est généralement effectué chez les personnes ayant subi une exposition professionnelle, dans le cas d’un tabagisme important ou encore des antécédents familiaux de cancer du poumon.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

Nous avons sélectionné plusieurs centres de santé partenaires réputés et dotés des technologies d’imagerie les plus récentes :
Scanner thoracique, échographie rénale, échographie thyroïdienne, panoramique dentaire… Vous aurez accès à un examen d’imagerie complet dans un centre à la pointe de la technologie.


Les méthodes de dépistage du cancer du poumon

Les signes cliniques du cancer du poumon sont souvent tardifs. En effet, les toux, la douleur thoracique ou encore les crachats n’apparaissent qu’à un stade avancé. Cela retarde encore plus le diagnostic, car la personne touchée ne consulte que lorsque ces symptômes apparaissent. Par ailleurs, la sensibilité des radiographies est trop faible pour pouvoir détecter une lésion à un stade précoce. Les radiographies pulmonaires ne détectent clairement que des tumeurs qu’il n’est plus possible de retirer chirurgicalement.

Un dépistage plus précis serait obtenu par un scanner à faible dose. Toutefois, les radiations émises présentent un risque. Ce test est ainsi réservé à des personnes ayant un très haut risque de développer un cancer du poumon. L’USPSTF (United States Preventive Services Task Force) et l’ASCO (American Society of Clinical Oncology) recommandent de dépister le cancer du poumon par scanner pour :

  • Les personnes âgées entre 55 et 74 ans.
  • Les gros fumeurs qui terminent un paquet par jour, et ce, pendant 30 ans, ou encore les personnes qui fument deux paquets par jour pendant 15 ans.

Il n’est plus nécessaire de continuer le dépistage lorsque l’abstinence à la cigarette a dépassé les 15 ans. Le meilleur moyen de lutter contre le cancer du poumon est d’arrêter de fumer.

Concilio : le numéro un européen de l’accompagnement santé complet pour particuliers et entreprises.