Discopathie

Concilio - Discopathie

Le saviez-vous ?

En France, 70% de la population souffre ou a souffert d’un mal de dos. La plupart en ignore souvent les causes et les risques, ce qui les empêche de trouver des moyens de prévenir ou de guérir leurs maux.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la discopathie ?

Une discopathie est une affection des disques vertébraux. Les disques vertébraux correspondent à des coussinets amortissant les chocs entre les vertèbres. Le processus vieillissement normal provoque une dégénérescence des disques intervertébraux, ce qui réduit leur teneur en eau. Par conséquent, leur capacité à encaisser correctement l’impact lié aux mouvements vertébraux est diminuée.

Les étiologies

La discopathie dégénérative constitue une lésion au niveau des disques intervertébraux, aboutissant à leur déformation, voire à leur dégradation. Divers facteurs sont incriminés :

  • L’âge

Élément inévitable et fréquent, l’âge joue un rôle important dans l’apparition de la discopathie. En effet, le vieillissement du cartilage le rend plus rigide et plus mince, des caractères favorables au fendillement.

  • Le sport et les traumatismes

Bien que fortement recommandé, le sport peut être à l’origine d’une discopathie dégénérative. À cet effet, la course à pied réalisée sans chaussures appropriées ou le choc encaissé lors d’un impact succèdent souvent la dégradation précoce des disques intervertébraux.

  • Le travail

Certains métiers tendent à accélérer la survenue d’une discopathie dégénérative. L’on retrouve entre autres les activités de batelage consistant à soulever des charges lourdes.

L’obésité tend à augmenter la pression assujettie aux disques, notamment au niveau de la région lombaire. En effet, le risque de dégradation est d’autant plus élevé que le poids porté par la colonne l’est.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Conséquences

La discopathie peut être à l’origine d’arthrose précoce. En effet, le pincement discal et frottement des 2 vertèbres peut être à l’origine du processus arthrosique.

La discopathie peut être à l’origine de troubles de la statique. En cas de dégénérescence, les disques perdent de la hauteur et les vertèbres se rapprochent les unes des autres. Ainsi, la discopathie peut déséquilibrer la colonne vertébrale.

La prise en charge

Le traitement de la discopathie repose sur plusieurs méthodes. L’on distingue :

  • Les traitements dits conservateurs
    Les traitements conservateurs ont pour objectif de maintenir les capacités physiques du patient tout en réduisant les mesures invasives. Ils incluent :

    • Les traitements antalgiques et anti-inflammatoires.

    • L’exercice physique : La sédentarité constituant l’une des causes de la discopathie dégénérative, la pratique d’une activité physique régulière s’impose pour apaiser considérablement la douleur. En effet, l’exercice physique présente de nombreux avantages pour ne citer que l’amélioration de la circulation sanguine ainsi que l’oxygénation des tissus propice à une bonne irrigation de la zone dorsale, en l’occurrence des disques intervertébraux.

    • La perte de poids est nécessaire pour alléger la charge supportée.

    • Une ceinture lombaire lors des phases aigues de lombalgies

    • Rééducation intensive par kinésithérapie

    • La balnéothérapie

  • Les traitements chirurgicaux
    Les traitements chirurgicaux consistent en la pose de disques artificiels. Cette voie de recours est nécessaire en présence d’un disque intervertébral entièrement lésé. C’est l’arthroplastie. On parle d’arthrodèse rachidienne lorsque deux vertèbres sont soudées à l’aide de tiges de métal, de greffons osseux ou de vis. Enfin, une cale peut être placée dans cette zone en vue de permettre un léger écartement et diminuer ainsi la compression d’un vaisseau sanguin.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.