Myosite : une myopathie inflammatoire

Concilio - Myosite : une myopathie inflammatoire

Le saviez-vous ?

Les pathologies rhumatismales abarticulaires, particulièrement les tendinites, sont localisées au niveau des articulations telles que le coude, l’épaule, la hanche, le genou, le poignet ou la cheville.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la myosite?

Maladie auto-immune, la myosite se traduit par l’inflammation des muscles volontaires, caractérisée par la faiblesse musculaire, voire une incapacité grave. Il en existe trois formes :

  • La dermatomyosite, dans le cas où l’inflammation musculaire est suivie d’éruptions cutanées
  • La myosite à corps d’inclusion, se manifestant par des inclusions anormales dans les muscles, notamment des accumulations de protéines mal repliées
  • La polymyosite, lorsque l’affection atteint plusieurs muscles

Causes

La myosite inclut deux grands types de maladies, dont les myopathies génétiques et les myopathies acquises. Ces dernières sont secondaires à divers facteurs dont une infection comme la grippe, des troubles hormonaux, l’ingestion de substances toxiques ainsi que les antécédents médicaments. Lorsqu’aucune cause n’est décelée en ce qui concerne les myopathies acquises, l’on parle de myopathies acquises inflammatoires ou myosites.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptômes

La myosite se traduit par des symptômes musculaires progressifs visibles au bout de quelques semaines ou quelques mois. Les signes extérieurs sont notamment des troubles de la déglutition en cas d’affection des muscles de la gorge, toutefois avec un risque de fausse route, des douleurs musculaires à la racine des membres symétriques ou bilatérales, une fatigue suite à des efforts physiques mêmes moindres ainsi qu’une diminution de la force musculaire. D’autre part, l’on rapporte des manifestations non musculaires comme les troubles respiratoires tels que la toux ou l’essoufflement, des douleurs articulaires dans les polymyosites, une éruption cutanée dans la dermatomyosite.

Traitements

En cas de cause retrouvée, infection, métabolique, médicamenteuse etc. le traitement de la cause est le seul traitement.
La prise en charge de la myosite acquise inflammatoire est avant tout médicamenteuse :

  • Le rituximab constitue un anticorps dirigé contre les globules blancs à l’origine de la production des auto-anticorps.
  • Les immunosuppresseurs se révèlent efficaces dans la prise en charge des myosites, excluant les myosites à inclusions. Dans sa forme sévère, la myosite est prise en charge par le cyclophosphamide tandis que le méthotrexate est utilisé après les traitements d’attaque.
  • Les immunoglobulines intraveineuses sont prescrites en début de la pathologie, soit une injection par mois pour une durée de 3 à 6 mois. Toutefois, celles-ci doivent être prélevées à partir de donneurs sains.
  • La corticothérapie : traitement principal des myosites, excluant les myosites à inclusions, elle comprend une phase d’attaque incluant de fortes doses de prednisone pendant quelques semaines. Celle-ci est complétée par une phase d’entretien ainsi qu’une baisse progressive des doses durant une longue période. Sur le long terme, cette technique impose des règles diététiques et d’hygiène de vie particulière en raison des effets secondaires des corticoïdes.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.