Corticothérapie : traitement à base de corticoïdes

Concilio - Corticothérapie : traitement à base de corticoïdes

Le saviez-vous ?

La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de santé.

Généralités

La corticothérapie désigne un traitement à base de corticoïdes, des hormones naturelles synthétisées à partir du cholestérol dans la zone corticale des glandes surrénales, aussi appelée corticotrophine. Cette hormone produite par l’hypophyse régule la sécrétion de corticoïdes au sein des glandes surrénales.

La corticothérapie démontre des effets anti-inflammatoires, immunosuppresseurs et antiallergiques, et prévient efficacement la multiplication cellulaire.

Les indications

La corticothérapie est recommandée lorsque le malade présente un syndrome inflammatoire associé à des pathologies comme la maladie de Horton. Cette affection est caractérisée par une artérite temporale ou crânienne, traduite par l’inflammation de vaisseaux sanguins, plus particulièrement d’artères localisées au niveau des tempes.

La corticothérapie soigne aussi bien la pseudopolyarthrite rhizomélique (enraidissement douloureux des articulations) que les connectivites (atteintes éparses, inflammatoires et chroniques affectant les tissus conjonctifs) comme le lupus érythémateux disséminé.

L’angéite (inflammation de la paroi des artères), la maladie de Still (inflammation juvénile des articulations) ou les granulomatoses systémiques graves (affections tumorales d’origine inflammatoire affectant les tissus conjonctifs) nécessitent également la prise de corticoïdes ou de corticostimuline.
Mais il existe beaucoup d’autres indications des corticoïdes qui sont utilisés dans beaucoup de domaines médicaux.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les contre-indications

La corticothérapie est plutôt contre-indiquée lorsque le patient souffre d’ostéoporose (maladie caractérisée par des os devenus plus poreux, donc plus fragiles) ou d’ostéonécrose aseptique (dégénérescence progressive des cellules corticales et médullaires provoquant un dépérissement des tissus osseux).

Les malades présentant des troubles cutanés comme la couperose, aussi appelée la rosacée, caractérisée par des rougeurs localisées ou des hématomes (amas de sang collecté dû à des ruptures de vaisseaux sanguins), doivent arrêter la corticothérapie et en faire part à leur médecin traitant.

La prise de corticoïdes est déconseillée aux patients atteints de troubles oculaires tels que l’hypertension oculaire, le glaucome ou encore la cataracte. Ce type de médicament est également à éviter chez les malades souffrant de pathologies musculaires comme l’amyotrophie (atrophie de tissus musculaires striés), la myopathie (nécrose du tissu musculaire).

La corticothérapie n’est pas conseillée chez les sujets atteints de maladies endocriniennes comme le syndrome de Cushing, également dénommée hypercortisolisme chronique. Les signes cliniques causés par cette maladie se traduisent par un taux élevé de cortisol dans l’organisme.

La corticothérapie est à éviter en cas de diabète, d’hypertension artérielle ou d’hypokaliémie (trouble hydro-électrolytique entraînant une carence en potassium dans le plasma sanguin). Ce traitement est également à éviter en cas de rétention hydrosodée (rétention d’eau avec infiltration tissulaire et apparition d’œdème).
Mais il n’existe presque pas de contre-indication formelle des corticoïdes, en effet quand ils sont nécessaires, il convient toujours de mettre en balance leurs bénéfices et leurs risques avant de les prescrire.

Plus de 18 000 médecins recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.