Laparotomie : opération à « ventre ouvert »

Concilio - Laparotomie : opération à « ventre ouvert »

Le saviez-vous ?

Spécialité chirurgicale, la chirurgie viscérale traite principalement les pathologies affectant les organes abdomino-pelviens.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de chirurgie viscérale.

Qu’est-ce que la laparatomie ?

La laparotomie constitue un acte chirurgical visant à ouvrir l’abdomen par une incision large. Elle peut être réalisée de diverses manières. L’on distingue la laparotomie médiane touchant l’abdomen du pubis au sternum. La laparotomie de Pfannenstiel qui concerne l’abdomen au niveau du bas du ventre de façon horizontale, au niveau des premiers poils pubiens. Enfin, l’on retrouve laparotomie horizontale, réalisée fréquemment chez les femmes accouchant par césarienne.

Qui est concerné ?

La laparotomie est recommandée dans 3 cas :

  • lors d’une évaluation de l’étendue des lésions à la suite d’un infarctus mésentérique ou d’un traumatisme considérable
  • lors d’une intervention sur une zone étendue, notamment en présence de cancer
  • lors d’une hémopéritoine marquée par la présence de sang dans l’espace du péritoine, altérant ainsi la visibilité

La laparotomie peut succéder une intervention par cœlioscopie en vue d’obtenir de meilleurs résultats.

Par ailleurs, plusieurs cas d’urgence peuvent nécessiter le recours à la laparotomie. L’on retrouve les symptômes alarmants tels que les l’arrêt du transit intestinal, la contracture de la paroi avec une douleur importante, ou un traumatisme sévère. Sur la base de signes révélant un épanchement dans l’abdomen ou une perforation, l’opération est enclenchée.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le déroulement

Réalisée sous anesthésie générale, la laparotomie impose le jeûne. En vue d’accéder à l’organe lésé, le chirurgien effectue une incision au niveau de la peau, des muscles ainsi que du péritoine. Celle-ci peut prendre diverses formes : horizontale, césarienne ou en oblique. À l’issue de l’exploration, la plaie est soigneusement refermée. La mise en place d’un drain est nécessaire pour assurer l’écoulement des liquides.

Il est possible qu’une anesthésie loco-régionale vienne compléter l’anesthésie générale afin d’amoindrir les douleurs au réveil. À cet effet, la péridurale est injectée avant l’endormissement. La durée de l’hospitalisation peut prendre plusieurs jours selon la nature de l’opération.

Après l’intervention, un suivi médical s’impose.

Laparotomie et cœlioscopie : comparaison

Contrairement à la cœlioscopie, la laparotomie constitue une alternative plus délicate en raison :

  • des douleurs post-opératoires plus accrues
  • d’une perte de sang plus considérable
  • d’un temps d’hospitalisation plus prolongée

Il faut savoir que la laparotomie provoque un arrêt du transit intestinal, connu sous le nom de « iléus post-opératoire ». Cet état stagne généralement pendant deux jours, durée au bout de laquelle l’alimentation classique peut être reprise. Si ce phénomène se prolonge au bout de 3 jours, il s’agit d’iléus paralytique.

1305 chirurgiens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.