Syndrome des ovaires polykystiques : kystes multiples

Concilio - Syndrome des ovaires polykystiques : kystes multiples

Le saviez-vous ?

L’infécondité est un problème pour environ 75% des femmes atteintes du SOPK.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Description du syndrome

Le syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK est aussi appelé dystrophie ovarienne. Il est décrit comme la présence de multiples follicules se développant autour et dans l’ovaire. Ce syndrome a été découvert par deux chercheurs américains appelés Stein et Leventhal. Lors de la découverte en 1935, ils pensaient que l’ovaire était envahi par de nombreux kystes qui constituaient un obstacle pour l’ovulation. À cette époque, l’échographie n’existait pas encore. Plus tard, cet examen révélera qu’il s’agissait de follicules et non de kystes. Ces follicules ne pouvant pas mûrir, ils s’accumulent cependant autour de l’organe. Les causes de cette pathologie restent encore mystérieuses. Certaines hypothèses affirment que le SOPK pourrait être causé par une perturbation de l’hormone sexuelle mâle. L’obésité est peut aussi présenter un facteur de risque. Ce syndrome peut aussi avoir une origine génétique.

Les différents symptômes

En revanche, les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques sont bien connus. Il se manifeste avant tout par l’anovulation et la difficulté de tomber enceinte chez la patiente. En effet, en l’absence de production d’ovule, la grossesse est impossible. De plus, le SOPK provoque également une perturbation du cycle menstruel. La production d’hormone mâle ou d’androgène est excessive, d’où une apparition d’acné et une importante augmentation de la pilosité. Chez certaines femmes en âge de procréer, le syndrome peut favoriser la prise de poids, voire l’obésité. Cette pathologie peut entraîner d’autres conséquences qui n’ont aucun rapport avec la fécondité. En effet, en augmentant la teneur en lipide dans le sang, les risques de maladies cardiovasculaires sont élevés. Il peut également déclencher la première phase du diabète de type 2. Parmi les symptômes, on cite aussi les sauts d’humeur et de hautes tensions artérielles fréquentes chez les patientes.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le traitement du syndrome

Cette maladie est persistante, elle n’est jamais totalement guérie. Parfois, les symptômes sont apaisés pour améliorer le bien-être de la patiente. L’obésité est par exemple traitée avec un régime alimentaire adapté, tout comme la prise de poids. L’apparition d’acné ou l’augmentation de pilosité est traitée avec des médicaments anti-androgènes. Cette maladie demande généralement l’intervention de différents médecins spécialisés dans un domaine particulier : un nutritionniste, un dermatologue, un endocrinologue, un gynécologue, etc. Les suivis et les contrôles se font en général sur le long terme. Une bonne hygiène de vie est vivement sollicitée aux patientes.
Pour éviter toute confusion avec d’autres maladies, le médecin demandera à la patiente plusieurs examens pour analyser : son taux de testostérone, son taux de déhydroépiandrostérone, son taux de glycémie, son taux de cholestérol, etc.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.