Myélite transverse : inflammation de la moelle épinière

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la myélite transverse ?

La myélite est une maladie neurologique rare qui se manifeste par une inflammation de la moelle épinière. La myélite transverse signifie que l’affection atteint toute la largeur de la moelle épinière. Elle est classée parmi les maladies inflammatoires du système nerveux central. Cette pathologie touche aussi bien les enfants que les adultes.

Causes de la myélite transverse

Les causes exactes de la myélite transverse ne sont pas toujours connues, mais elle survient le plus souvent après une infection virale (herpès, VIH, EBV, CMV…). Les dommages au niveau des fibres nerveuses peuvent également être causés par des réactions immunitaires anormales (par exemple dans le contexte d’une sclérose en plaques) et un débit sanguin insuffisant dans les vaisseaux de la moelle épinière.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Symptômes de la myélite transverse

Les symptômes de la myélite transverses dépendent du niveau de la lésion et évoluent en quelques heures à quelques jours :

  • Une douleur localisée dans le bas du dos.

  • Des sensations de brûlure ou des picotements dans les jambes.

  • Une perte sensorielle dans les jambes / les bras.

  • Une paralysie des jambes / des bras et de la partie inférieure du tronc.

  • Des spasmes musculaires.

  • Une douleur importante au moindre contact, une grande sensibilité aux changements de température.

  • Une sensation de pression au niveau de la poitrine, de l’abdomen et des jambes.

  • Une faiblesse au niveau des bras et des jambes.

  • Des troubles au niveau de la vessie et des intestins.

Les signes varient selon les régions touchées et se développent soit de manière brutale, soit de manière progressive.

Diagnostic de la myélite transverse

Le diagnostic de la myélite transverse requiert un examen neurologique, une IRM et une analyse du liquide céphalo-rachidien.

L’IRM permet de montrer l’étendue de l’inflammation et de distinguer la myélite d’autres maladies telles que l’encéphalite.

Un scanner cérébral permet d’éliminer d’autres maladies : accident vasculaire cérébral, tumeur cérébrale

Traitement de la myélite transverse

Le traitement de la myélite transverse est principalement symptomatique, c’est-à-dire qu’il vise à atténuer les symptômes. Les patients suivent en général un traitement à base de corticostéroïde à haute dose et peuvent subir des échanges plasmatiques si les symptômes persistent. Les malades bénéficient également d’une rééducation fonctionnelle.

L’évolution de la maladie diffère selon les patients. Environ un tiers des malades récupèrent complètement. Le deuxième tiers garde des séquelles de la maladie comme des troubles de la sensibilité, des troubles urinaires, des troubles au niveau de l’intestin et des difficultés à marcher. Pour le dernier tiers, les paralysies peuvent être définitives. Dans la plupart des cas, cela arrive lorsque le début de la maladie a été particulièrement brutal. Une récidive est également possible, notamment lorsque la pathologie à l’origine de la myélite est encore présente.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.