Cancer bronchique non à petites cellules : le cancer du poumon le plus courant

Concilio - Cancer bronchique non à petites cellules : le cancer du poumon le plus courant

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Le cancer bronchique non à petites cellules est le plus courant des cancers du poumon. Il existe trois types de cancer bronchique non à petites cellules : le carcinome épidermoïde bronchique retrouvé le plus souvent chez les hommes et les fumeurs, l’adénocarcinome et le cancer bronchiolo-alvéolaire.

Les différents types de cancer bronchique non à petites cellules

  • Le carcinome épidermoïde
    Le carcinome épidermoïde représente près de 40 % de l’ensemble des cancers bronchiques non à petites cellules. Ce type de cancer se développe généralement au niveau des grosses bronches de la partie centrale du poumon. Sa cause principale est le tabagisme. La tumeur débute sur la paroi interne de la bronche et peut rapidement obstruer la bronche. Le carcinome épidermoïde peut être à l’origine de nombreuses infections respiratoires, notamment la pneumonie d’où la nécessité de rechercher un cancer pulmonaire lors d’infections pulmonaires à répétition ou de toux prolongée. Il se propage plus lentement que les autres cancers du poumon. Le carcinome épidermoïde peut également se manifester par des expectorations de sang .
  • L’adénocarcinome
    L’adénocarcinome est le type de cancer du poumon le plus fréquent chez la femme et chez les non-fumeurs. Il se développe dans les zones périphériques du poumon, notamment les lobes supérieurs. Il en existe deux variantes : l’adénocarcinome acineux et l’adénocarcinome papillaire. Plusieurs mutations ou réarrangement au niveau de l’ADN tumoral sont recherchés ouvrant la voie à des thérapies ciblées.
  • Le cancer bronchiolo-alvéolaire
    Le cancer bronchiolo-alvéolaire est la forme la plus rare des cancers du poumon. Il représente environ 5 % des cas de cancers du poumon. Il touche autant les hommes que les femmes. Le cancer bronchiolo-alvéolaire se distingue par son évolution lente. Il se propage rarement aux ganglions et son lien avec le tabagisme n’est pas établi.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptôme et diagnostic

Les manifestations du cancer du poumon sont : une toux persistante, des expectorations, un enrouement, un essoufflement, des douleurs thoraciques et une présence de sang dans les crachats. Plusieurs examens sont effectués pour poser le diagnostic : des examens radiologiques, une biopsie et des analyses de sang.

Traitement

La prise en charge varie en fonction du stade du cancer, de l’état général du patient, de ses comorbidités et de sa fonction respiratoire saine.

Au stade I et II, la tumeur est localisée et peut encore être enlevée par la chirurgie. La radiothérapie est préconisée si la chirurgie n’est pas possible ou en complément si la chirurgie n’a pas été complète. En général, la chirurgie est suivie d’une chimiothérapie si l’état du patient le permet.

Au stade III, le cancer est localement avancé. Une chirurgie peut encore être proposée, mais elle est généralement précédée d’une chimiothérapie afin de réduire la taille de la tumeur. Une radiothérapie est aussi préconisée après l’opération chirurgicale.

Au stade IV, le cancer est métastatique. La chirurgie n’est plus possible. Les thérapies qui se diffusent par la circulation sanguine sont les seules options.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.