Tumeurs cérébrales métastatiques

Concilio - Tumeurs cérébrales métastatiques

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Lorsqu’une tumeur se développe dans un autre organe et qu’elle se propage dans l’encéphale, elle est appelée « métastase cérébrale ». La propagation d’une ou plusieurs métastases intracrâniennes est très fréquente dans l’évolution d’un cancer. Certaines tumeurs sont plus susceptibles que d’autres de métastaser dans l’encéphale : le cancer du poumon, le cancer du sein, le mélanome, le cancer colorectal et le cancer du rein. Les métastases peuvent se propager dans n’importe quelle zone de l’encéphale : le cerveau, le cervelet ou le tronc cérébral.

30 % des malades souffrant d’un cancer sont susceptibles de développer une métastase cérébrale.

Les symptômes

Les manifestations varient en fonction de la zone touchée. Dans plus des trois quarts des métastases cérébrales, la tumeur siège dans les hémisphères cérébraux. Les métastases sont souvent multiples. Les signes les plus fréquents sont : des nausées, des vomissements, des crises d’épilepsie, une faiblesse des muscles… Les métastases cérébrales se manifestent également par des troubles psychiques : des idées délirantes, une lenteur d’idéation, des changements de comportement… Le patient souffre également de troubles de l’équilibre, de troubles de la coordination et d’une difficulté à avaler.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic

Le diagnostic des métastases cérébrales se fait en plusieurs étapes. Les symptômes conduisent les médecins à effectuer différents examens, à commencer par l’examen physique. Ce dernier permet d’évaluer les réflexes et les sensibilités. Ils procèderont ensuite à des analyses sanguines, à une IRM, à une tomodensitométrie et à une biopsie.

Les traitements

Les prises en charge des métastases cérébrales associent un traitement étiologique et un traitement symptomatique.

Le traitement étiologique comprend : une intervention neurochirurgicale et/ou une irradiation des lésions métastatiques cérébrales. La radiothérapie peut consister en une irradiation totale du cerveau ou stéréotaxique. L’irradiation cérébrale totale est le traitement de référence en cas de métastases multiples. La radiothérapie stéréotaxique est utilisée lorsque le nombre de métastases est inférieur à 5 et que la taille est inférieure à 3-4cm. L’irradiation se fait sur une région spécifique pour épargner au maximum les tissus sains. Le traitement systémique (chimiothérapie, immunothérapie, …) est fonction du cancer primitif responsable de ces métastases.

Le traitement symptomatique comprend : une corticothérapie et un traitement antiépileptique. Le recours aux corticoïdes permet de traiter l’œdème cérébral. Le traitement antiépileptique est indiqué en cas de convulsions. Le traitement symptomatique est très important parce qu’il permet de soulager le patient et la plupart du temps de faire régresser rapidement les symptômes neurologiques en attendant le traitement étiologique.

Les métastases signifient la diffusion générale du cancer. Dans le cas de métastases, le pronostic est moins bon et dépend surtout de l’origine primitif du cancer. En l’absence d’un traitement adéquat, la mort survient rapidement. Le traitement est effectué pour soulager le malade et sa famille. Il n’est cependant pas rare d’observer des survies prolongées après un traitement spécifique de métastases cérébrales.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.