Oligodendrogliome : une tumeur cérébrale

Concilio - Oligodendrogliome : une tumeur cérébrale

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Le gliome désigne les tumeurs qui se développent dans les cellules gliales de l’encéphale ou de la moelle épinière. L’oligodendrogliome est une forme rare de gliome. La tumeur se développe au niveau des oligodendrocytes qui sont des cellules gliales. Ces cellules recouvrent et protègent les nerfs. Ce type de tumeur se distingue par sa tendance à se calcifier. L’oligodendrogliome peut être de bas grade ou de haut grade et se localise dans la majorité des cas dans les hémisphères du cerveau, notamment sur le lobe pariétal.

Les principaux signes de l’oligodendrogliome sont les maux de tête, les crises d’épilepsie et selon la localisation cérébrale tout type de symptômes neurologiques peuvent apparaître. Environ 91 % des patients avec oligodendrogliome présentent des crises d’épilepsie. Les autres signes sont : des nausées, des troubles visuels et une faiblesse anormale.

Les causes exactes à l’origine de cette pathologie sont encore inconnues.

Il existe deux types d’oligodendrogliome : l’oligodendrogliome de bas grade et l’oligodendrogliome anaplasique.

Oligodendrogliome de bas grade

Bas grade signifie que la tumeur se développe lentement et se propage très rarement aux tissus environnants. Par ailleurs, les cellules d’une tumeur de bas grade ont une apparence normale.

L’oligodendrogliome de bas grade progresse lentement. Il survient généralement chez les personnes âgées entre 50 et 60 ans. Les personnes atteintes d’oligodendrogliome peuvent avoir ou non des crises d’épilepsie.

Le traitement de l’oligodendrogliome de bas grade se limite souvent à une surveillance active par imagerie cérébrale. Il arrive que les tumeurs n’évoluent pas pendant des années. Cependant, il peut être nécessaire d’enlever la tumeur par le biais d’une chirurgie.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Oligodendrogliome anaplasique

L’oligodendrogliome anaplasique est une tumeur de haut grade (III). Contrairement à l’oligodendrogliome de bas grade, les cellules sont anormales. La tumeur évolue rapidement et peut toucher plusieurs zones de l’encéphale. L’oligodendrogliome anaplasique touche les oligocytes. Les personnes atteintes d’un oligodendrogliome anaplasique sont sujettes à des crises d’épilepsie.

Le traitement de l’oligodendrogliome anaplasique combine la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. La chirurgie est le traitement de référence, mais il arrive que la tumeur soit inaccessible. Dans ce cas, la radiothérapie peut être utilisée comme traitement principal. L’oligodendrogliome anaplasique répond généralement bien à la chimiothérapie.

Le pronostic dépend de l’âge du patient et de l’avancée de la tumeur au moment de sa découverte.

Diagnostic et pronostic

De nombreux examens sont effectués pour confirmer la présence ou non d’une tumeur : une biopsie, une IRM et un scanner.

Les oligodendrogliomes ont tendance à s’enfoncer profondément dans le cerveau. La chirurgie n’arrive pas souvent à éliminer complètement la tumeur. Dans la majorité des cas, la tumeur continue de progresser et peut même se transformer en une tumeur de plus haut grade.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.