Médicaments antalgiques

Concilio - Médicaments antalgiques

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce qu'un antalgique ?

Les antalgiques sont les médicaments utilisés dans le traitement de la douleur. Ils interviennent directement au niveau du système nerveux en vue de bloquer le circuit de la douleur. Toutefois, ils n’agissent pas sur l’origine de celle-ci.

Les différentes classes d’antalgiques

Les antalgiques sont classifiés selon trois paliers de prescription selon l’intensité de la douleur : les antalgiques périphériques, les antalgiques centraux faibles et les antalgiques centraux puissants :

  • Les antalgiques périphériques (palier 1)

Le palier 1 intègre le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène, l’aspirine et la noramidopyrine. Ils sont prescrits en cas de douleurs jugées faibles ou modérées. D’autre part, les anti-inflammatoires interviennent par inhibition de la cyclo-oxygénase, une enzyme responsable d’une cascade de réactions souvent associées à la douleur. Les AINS luttent contre les signes d’inflammation qui peuvent par exemple être : chaleur locale, rougeur locale, œdème réactionnel, épanchement articulaire…).

  • Les antalgiques centraux faibles (palier 2)

Le palier 2 inclut les antalgiques opiacés « faibles » et opioïdes mineurs tels que la codéine, la dihydrocodéine, l’opium ou le tradamol. Ceux-ci sont considérés comme des antalgiques centraux faibles. Ils interviennent au niveau du cerveau système nerveux central, sur des récepteurs spécifiques à l’origine de l’abolition de la douleur.

  • Les antalgiques centraux puissants (palier 3)

La plus grande partie des antalgiques du palier 3 inclut les opiacés et opioïdes forts comme la morphine et ses dérivés tels que l’oxycodone, la péthidine, l’hydromorphone, le sufentanil, le rémifentanil et le fentanyl.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le mécanisme

Après son administration orale, l’antalgique parvient dans l’estomac. Le comprimé se dissout et une partie du principe actif traverse la paroi de l’estomac ou de l’intestin pour être absorbé par l’organisme. Une fois passé dans la circulation générale et avoir été métabolisé par le foie, le médicament se répand dans l’organisme pour inhiber les messages nerveux nociceptifs (de la douleur).

Les effets secondaires

Les effets secondaires des antalgiques sont nombreuses et diffèrent en fonction des substances actives et des patients. Retenons ici, de manière non exhaustive, les réactions allergiques majeures avec oedeme de quincke, les réactions allergiques mineures, insuffisance rénale, hépatique, cardiaque, les vertiges, les nausées ou le rare mais grave syndrome de Lyell… Toute automédication est déconseillée, et un avis médical est indispensable dans tous les cas, n’hésitez pas à en parler à votre médecin qui pourra vous conseiller.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.