Gaz du sang ou gazométrie artérielle

Concilio - Gaz du sang ou gazométrie artérielle

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Généralités

La gazométrie artérielle est une méthode d’analyse de la composition du sang artériel, permettant d’étudier la fonction respiratoire et l’équilibre acidobasique d’un patient. Elle fait partie des analyses courantes en réanimation et en pneumologie. Son principe est assez simple. De manière générale, les substances gazeuses se dissolvent dans les solutions aqueuses. Suivant cette logique, le sang peut ainsi contenir des gaz dissous, dont l’oxygène et le gaz carbonique, reflets de la fonction pulmonaire d’échange (hématose). La gazométrie artérielle consiste à détecter ces éléments dans le sang, ainsi qu’à mesurer le pH et les ions bicarbonates (HCO3-), reflets de l’équilibre acido-basique.

Conditions de prélèvement

Le prélèvement artériel est réalisé au niveau du poignet dans l’artère radiale, ou au niveau du coude dans l’artère humérale. La douleur (modérée) provoquée par le prélèvement justifie, hors urgence, l’application d’un patch d’anesthésique local.

Pour une raison ou une autre, le prélèvement artériel n’est pas toujours réalisable chez certains patients. Il existe ainsi différentes alternatives comme :

  • les prélèvements capillaires (surtout chez les enfants)
  • les prélèvements fémoraux (pli inguinal, surtout en réanimation)
  • les prélèvements sur un circuit de dialyse (adaptation du calcium dans les circuits renfermant du citrate)
  • les prélèvements intracardiaques en cas de cathétérisme droit (comme le cathéter de Swan-Ganz)
  • les prélèvements veineux mêlés (assez rares et souvent non concluants)
  • les prélèvements veineux périphériques (théoriquement réalisables, mais rarement effectués et peu utiles)

L’analyse est réalisée sans délai, dans un appareil situé dans l’enceinte de l’établissement, voire dans le service.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Principes de l’analyse

Les éléments mesurés sont :

  • la pression partielle en oxygène (PaO2) ou oxymétrie
  • la pression partielle en gaz carbonique (PaCO2) ou capnie
  • l’acidité (pH)
  • la concentration en ions bicarbonate (HCO3-)

On peut calculer la saturation en oxygène de l’hémoglobine (SaO2) à partir de ces données.

Le monoxyde de carbone (CO) dissous peut aussi être mesuré.

Le sang artériel d’une personne saine affiche normalement :

  • pH = 7,38 à 7,42 : on parle d’acidose si le pH est trop bas, d’alcalose s’il est trop élevé
  • PaO2 > 90 mmHg (> 12 kPa)
  • PaCO2 = 35 à 45 mmHg (4,8 – 5,8 kPa) : on parle d’hypercapnie en cas d’élévation, d’hypocapnie en cas de baisse
  • [HCO3-] = 22 à 28 mmol/l
  • SaO2 = 95 à 100 %

Indications

L’analyse des gaz du sang est prescrite dans toute maladie respiratoire dès qu’on pense que l’hématose est touchée (oxygénation du sang et élimination du gaz carbonique par les poumons), notamment dans le suivi de l’insuffisance respiratoire, pour évaluer la nécessité d’une oxygénothérapie, ou lors de la surveillance d’une maladie respiratoire aiguë sévère.

Elle permet d’ajuster la thérapeutique en fonction des mesures d’oxygène et de gaz carbonique.

La saturation (SaO2) est un bon reflet du taux d’oxygène dans le sang, il existe un outil de mesure externe fiable : le saturomètre, couramment utilisé.

En revanche, pour la mesure de la capnie, il n’existe pas de moyen simple de connaître sa valeur autre que les gaz du sang (il existe des capteurs externes, peu répandus et coûteux). Or une hypercapnie constitue un danger pour l’organisme, entraînant une acidose et des troubles de conscience.

Des gaz du sang sont parfois réalisés au cours d’une épreuve d’effort ou en fin de test de marche, pour évaluer la tolérance à l’effort, et la nécessité d’une oxygénothérapie de déambulation.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.