Abcès pulmonaire : une suppuration localisée et nécrosante

Concilio - Abcès pulmonaire : une suppuration localisée et nécrosante

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce qu’un abcès pulmonaire ?

Il s’agit d’une cavité creusée contenant du pus dans le poumon. Cette maladie infectieuse est principalement causée par des germes qui arrivent dans le poumon par les voies aériennes à partir d’un foyer infectieux buccal ou rhinopharyngé, ou par inhalation, souvent chez un patient fragile. Plus rarement, l’origine est hématogène : par circulation sanguine suite à une bactériémie ou une septicémie. Dans certains cas, l’infection du tissu pulmonaire peut être provoquée par un trouble de la ventilation bronchique comme une sténose bronchique ou une tumeur bénigne ou maligne, un corps étranger.

Les germes les plus fréquemment en cause sont dits « anaérobies » (se développent sans oxygène), liés aux infections dentaires ou aux foyers infectieux ORL. Staphylocoque et klebsielle sont deux bactéries également fréquentes.

Les symptômes incluent une altération de l’état général, une toux grasse avec crachats purulents voire sanglants, de la fièvre et parfois une douleur thoracique.

L’imagerie (radiographie, et surtout scanner thoracique) et des analyses de sang permettent de confirmer le diagnostic.

Le traitement consiste en une antibiothérapie et des séances de kinésithérapie. Dans les cas les plus sévères, une chirurgie ou un drainage de l’abcès est nécessaire.

Quels sont les signes de la maladie ?

Semblables à une pneumopathie bactérienne aiguë, les premiers signes de la maladie sont : anorexie, fatigue, toux, malaise général, frissons et fièvre élevée.

Une radiographie pulmonaire met en évidence une opacité radiologique sans aspect de cavité.

D’un jour à l’autre et brutalement, le malade commence à cracher du pus. Cette expectoration purulente traduit de la suppuration collectée dans l’ouverture d’une bronche.

La phase de foyer ouvert est spécifique : le sujet présente un syndrome infectieux sévère et la radiographie des poumons montre une opacité ronde à paroi fine contenant du liquide avec un « niveau hydro-aérique » (l’air est en haut et le pus en bas).

Si l’abcès pulmonaire est à staphylocoques, des bulles peuvent se créer et toucher la plèvre, dont l’atteinte peut provoquer un pyopneumothorax et/ou une pleurésie purulente

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Examens et analyses complémentaires

Imagerie : la radiographie du thorax met en évidence une ou plusieurs opacités. Le scanner permet en général de poser le diagnostic.

La bronchoscopie, indispensable, vise à éliminer un éventuel cancer bronchique sous-jacent et permet les prélèvements à visée d’analyse bactériologique.

Les marqueurs inflammatoires (vitesse de sédimentation, CRP) sont élevés et les globules blancs (notamment les polynucléaires neutrophiles) sont augmentés.

Les hémocultures peuvent parfois mettre le germe responsable en évidence.

Le traitement

  • Antibiothérapie prolongée, adaptée au germe retrouvé.
  • Kinésithérapie.
  • Dans certains cas sévères (rares), une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.