Chondrocalcinose : dépôt de microcristaux de calcium dans les articulations

Concilio - Chondrocalcinose : dépôt de microcristaux de calcium dans les articulations

Le saviez-vous ?

La prévalence de la chondrocalcinose augmente avec l’âge et peut dépasser 30% de la population âgée de plus de 75 ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la chondrocalcinose ?

Un des types d’arthrites microcristallines, la chondrocalcinose se caractérise par l’accumulation de microcristaux de pyrophosphate de calcium au niveau des ligaments et des cartilages provoquant d’importantes douleurs articulaires. Les cartilages étant fragiles, la personne atteinte de la chondrocalcinose présente un risque d’arthrose.

Plus fréquente chez les personnes âgées (à partir de 50 ans), surtout les femmes, cette maladie est plus particulièrement localisée au niveau des genoux, des poignets et de la symphyse pubienne. Dans la plupart des cas, la chondrocalcinose est idiopathique (sans cause précise). Elle peut également avoir une origine génétique. Chez le sujet jeune atteint de chondrocalcinose il faut recherche une pathologie sous-jacente telle que l’hémochromatose ou l’hyperparathyroïdie.

À la différence de la goutte, aucun facteur alimentaire n’est à ce jour identifié. De plus, le régime alimentaire n’a aucune influence sur l’évolution de cette affection.

La maladie peut être asymptomatique. Dans le cas contraire, elle se manifeste par de vives douleurs au niveau des articulations touchées. Outre les accès aigus il existe des formes évoluant vers l’arthrose ou la destruction osseuse.

Classification

Il existe plusieurs types de chondrocalcinose :

  • Les formes asymptomatiques
    Elles représentent 25 % des cas. Découvertes lors d’une radiographie, elles affectent le bassin, les genoux et les poignets.

  • La pseudo-goutte
    Semblable à une crise de goutte, elle est due à des cristaux de pyrophosphate de calcium, caractéristiques de la chondrocalcinose. Bien que les genoux et les poignets soient les plus affectés, cette forme de chondrocalcinose peut aussi toucher la hanche ou le rachis.

  • La chondrocalcinose pseudo-rhumatoïde
    Représentant seulement 3 à 5 % des cas, elle se rapproche de la polyarthrite rhumatoïde et affecte plusieurs articulations de façon bilatérale.

  • La chondrocalcinose pseudo-arthrosique
    Touchant la moitié des personnes atteintes de chondrocalcinose, elle est plus douloureuse que l’arthrose. Plusieurs articulations sont concernées : les métacarpes du pouce, les chevilles, les épaules ou encore le mécanisme du genou.

  • Les chondrocalcinoses pseudo-tabéiques ou destructrices
    Très destructrices, elles sont caractérisées par de fortes douleurs et affectent principalement les genoux, les épaules et les hanches.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic

Les examens radiologiques permettent de mettre en évidence les dépôts de cristaux au niveau des cartilages et de diagnostiquer la chondrocalcinose, à condition que la taille des dépôts soit suffisante.

L’échographie articulaire est plus sensible et détecte mieux les fines accumulations calciques ainsi que les taches hyperéchogènes. Ces deux méthodes sont également efficaces pour visualiser les microcristaux de calcium infiltrés au niveau des tendons, y compris le tendon d’Achille et le tendon quadricipital.

L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) permet d’obtenir des images d’éventuelles lésions compressives de la moelle épinière qui ne sont pas visibles sur les radiographies standards, l’échographie ou le scanner.

Pour détecter la présence de la chondrocalcinose sur le ligament transverse de l’atlas et les disques intervertébraux, il convient d’effectuer un scanner.

Une ponction articulaire avec mise en évidence des cristaux de pyrophosphate de calcium est également un moyen diagnostic.

Traitement de la chondrocalcinose

Le traitement repose sur la colchicine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les corticoïdes. Il est également possible de faire des injections intra-auriculaires de corticoïdes. Pour prévenir les accès aigus, on peut proposer une dose quotidienne de colchicine. Lorsque la maladie est chronique, une intervention chirurgicale est parfois requise. Elle consiste à retirer l’excès de liquide synovial et injecter des corticoïdes dans l’articulation atteinte. Dans les cas les plus graves, la pose d’une prothèse est envisageable.

L’apport en magnésium, la kinésithérapie et la balnéothérapie peuvent également être ajoutés au traitement.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.