La Coxa plana ou l’ostéochondrite primitive

Concilio - La Coxa plana ou l’ostéochondrite primitive

Le saviez-vous ?

En France, 70% de la population souffre ou a souffert d’un mal de dos. La plupart en ignore souvent les causes et les risques, ce qui les empêche de trouver des moyens de prévenir ou de guérir leurs maux.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la Coxa plana ?

La Coxa plana est aussi dénommée ostéochondrite primitive ou ostéochondrite déformante de la hanche. Il s’agit d’une maladie de la hanche, qui est fréquente et affecte principalement les enfants de 4 à 9 ans, surtout les garçons. Elle consiste en une dégénérescence du fémur et une dégradation progressive de l’articulation de la hanche. Cette pathologie entraîne un aplatissement et un élargissement de la tête fémorale. Elle peut provoquer des douleurs et causer une légère boiterie. Un diagnostic et un traitement précoces permettent de prévenir une déformation de la tête fémorale et de la capsule articulaire.

Cette maladie peut évoluer en une arthrose de la hanche si elle n’est pas rapidement prise en charge.

Causes et symptômes

Bien qu’elle soit la plupart du temps unilatérale, la Coxa plana peut toucher les deux hanches. Une atteinte bilatérale, mais asymétrique, a déjà été constatée dans plusieurs cas.

La maladie se traduit par des douleurs de l’aine, la cuisse voire du genou d’apparition progressive sans facteur déclenchant avec par la suite une boiterie. Une boiterie qui apparaît sans raison chez un enfant accompagnée de douleurs inguinales doit donc alerter les parents. Certains enfants continuent toutefois à marcher et à courir tout en boitant, sans se plaindre d’un mal quelconque.

Une radiographie permet d’établir le diagnostic. Une IRM ou une scintigraphie peut confirmer ce dernier. Il faut impérativement consulter un chirurgien orthopédiste pédiatrique dès l’apparition des premiers symptômes.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement

L’ostéochondrite primitive peut parfois guérir spontanément. Après quelques mois de nécrose, l’irrigation sanguine peut se remettre en marche et la tête fémorale va se reconstruire progressivement. Une simple surveillance est alors prescrite pour les formes les plus bénignes.

Elle peut parfois nécessiter un traitement long et complexe. 12 à 18 mois sont en effet nécessaires pour la reconstruction de la tête fémorale. Le type de traitement utilisé va dépendre de l’âge de l’enfant, de sa croissance, de la mobilité de sa hanche et aussi de l’étendue de la nécrose.

En premier recours, il est possible de choisir un traitement orthopédique visant à protéger la tête du fémur et maintenir sa forme sphérique en attendant que l’os se reconstruise. Une mise en traction suivie d’un appareillage peut être envisagée pour assouplir la hanche et lutter contre les rétractions. Une orthèse, à porter entre 6 mois à 1 an, permettra à l’enfant de se déplacer normalement et de protéger sa hanche.

Le recours à une opération chirurgicale peut être considéré lorsque la tête fémorale a tendance à sortir du cotyle. Une chirurgie par ostéotomie fémorale de varisation peut être entreprise si la déformation de l’os est trop avancée. Elle concerne généralement les enfants ayant plus de 8 ans.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.