Ostéonécrose aseptique : nécrose avasculaire de la tête fémorale

Concilio - Ostéonécrose aseptique : nécrose avasculaire de la tête fémorale

Le saviez-vous ?

En France, 70% de la population souffre ou a souffert d’un mal de dos. La plupart en ignore souvent les causes et les risques, ce qui les empêche de trouver des moyens de prévenir ou de guérir leurs maux.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Causes

Également appelé « nécrose avasculaire de la tête fémorale », l’ostéonécrose aseptique est la destruction de la cellule osseuse du fémur causée par une mauvaise irrigation sanguine dans cette région. La tête du fémur est la partie supérieure de l’os formant l’articulation de la hanche. C’est la raison pour laquelle cette affection est aussi désignée sous l’appellation « nécrose de la hanche ». Dans la majorité des cas, elle est provoquée par les accidents de pression hyperbare ou les traumatismes. Plusieurs facteurs favorisent sa survenue :

  • La prise de corticoïdes à long terme (par voie orale ou intraveineuse) est à l’origine de 35 % des cas d’ostéonécrose aseptique. Ces médicaments empêchent le corps d’éliminer correctement les substances grasses qui, logées dans les vaisseaux sanguins, les rendent étroits et diminuent le flux de sang dans les os.

  • À l’instar de l’usage à long terme de corticoïdes, la consommation excessive d’alcool conduit à l’accumulation de graisses dans les vaisseaux sanguins et réduit la quantité de sang dans l’os.

  • La fracture ou la luxation du fémur, les caillots de sang ainsi que les inflammations et les problèmes artériels peuvent causer l’ostéonécrose aseptique.

D’autres pathologies constituent également provoquer l’interruption du flux sanguin dans l’os fémoral :

  • L’anémie à cellules falciformes ou drépanocytose

  • La pathologie de décompression causant la formation de bulles de gaz dans le sang

  • La maladie de Gaucher

  • L’infection par le VIH

  • Les maladies auto-immunes

  • La chimiothérapie

  • La radiothérapie

Symptômes et diagnostic

En général, la nécrose avasculaire de la tête fémorale ne présente de symptômes qu’à un stade plus avancé. Au fur et à mesure de sa progression, la personne atteinte de la maladie ressent des douleurs en réponse à une pression sur sa hanche. C’est le cas lorsqu’on marche ou quand on reste debout. Les douleurs deviennent ensuite constantes. En quelques mois ou en une année, l’os et l’articulation peuvent s’effondrer. On ressent de vives douleurs et la capacité à utiliser la hanche diminue considérablement.

Si la radiographie suffit parfois pour diagnostiquer l’ostéonécrose aseptique, les rayons x sont parfois inefficaces. Il faut, dans ce cas, effectuer une Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) ou une scintigraphie osseuse. Cette pathologie peut aussi être diagnostiquée grâce à la biopsie (prélèvement suivi de l’analyse d’une petite section de l’os fémoral) et la scanographie.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement

Non traitée, la nécrose de la hanche entraîne l’effondrement de l’os et provoque l’arthrite. Quant au type de traitement, il est fonction de la quantité d’os abîmé. Pour réduire les symptômes de l’ostéonécrose aseptique, plusieurs médicaments peuvent être prescrits :

  • Les fluidifiants sanguins comme le Warfarine contre la formation de caillots dans le sang

  • Les médicaments pour l’ostéoporose comme l’Acide alendronique ralentissent la progression de l’affection

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène ou le naproxène soulagent les douleurs et réduisent l’inflammation causée par la maladie

  • Les médicaments pour le cholestérol diminuent la quantité de substances grasses dans le sang

Le repos est également recommandé pour ralentir le développement de la nécrose de la hanche. L’utilisation de béquilles réduit le poids sur le fémur. À un stade avancé, des interventions chirurgicales sont nécessaires :

  • La décompression du noyau (perforation de l’os afin d’enlever les cellules touchées par la nécrose)

  • La greffe osseuse

  • Le remodelage osseux

  • Le remplacement des parties endommagées de la hanche par une prothèse (en métal ou en plastique

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.