Scoliose : déviation de la colonne vertébrale

Concilio - Scoliose : déviation de la colonne vertébrale

Le saviez-vous ?

Chez les enfants et les adolescents, la prévalence de la scoliose est de 2% à 3% de la population et elle touche majoritairement des jeunes filles.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la scoliose ?

Qualifiée d’idiopathique, la scoliose se présente comme la déformation ou la déviation de la colonne vertébrale. Elle survient durant la croissance, et ce, sans contexte pathologique. Cette déformation du rachis se passe dans les 3 plans de l’espace : vers le bas ou vers le haut, vers la gauche ou la droite et vers l’arrière ou l’avant. Quant à la gibbosité, elle résulte de la rotation des vertèbres selon un axe vertical.

À noter qu’il faut différencier la scoliose de l’attitude scoliotique (celle-ci étant plus fréquente et moins grave). Il importe de ne pas se tromper, car les traitements sont différents. Généralement, la scoliose se dépiste à titre systématique comme la carie dentaire par un médecin ou un pédiatre.

Les causes de la scoliose et de l’attitude scoliotique

Si la scoliose dite idiopathique est sans cause reconnue et représente plus de 70% des cas, les autres scolioses peuvent être d’origine neurologique (maladie de Recklinghausen ou de Werdnig-Hoffman), paralytique comme la poliomyélite, malformative, tumorale ou syndromiques (neurofibromatose, maladie de Marfan, syndrome d’Ehlers Danlos). Dans tous les cas, les mêmes mesures thérapeutiques sont appliquées. Si certains chercheurs ont avancé une cause héréditaire, d’autres tablent sur des facteurs musculo-ligamentaires, neurologiques, biochimiques ou mécaniques. De ce fait, la cause réelle de la scoliose idiopathique reste inconnue. Tout ce que l’on peut affirmer, c’est qu’elle se constitue avant les six premières années.

À noter également que les fillettes sont beaucoup plus touchées que les petits garçons. Ce sont les scolioses lombaires et dorsales droites (au niveau de la convexité) qui sont les plus fréquentes.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Phases d'évolution

Trois périodes sont à retenir :

  • La période de non-aggravation se caractérise par le sommeil du processus scoliotique ;

  • La PAP ou période d’aggravation principale ;

  • La période d’aggravation secondaire.

En ce qui concerne les conséquences à long terme, on note :

  • Une gêne respiratoire entraînant la diminution de la capacité respiratoire.

  • De fréquentes douleurs rachidiennes ;

  • Une perturbation de la vie quotidienne, surtout lors des douleurs rachidiennes aiguës ;

  • Un impact psychologique en raison de la déformation de l’image corporelle.

Les différents traitements

Les traitements des scolioses se divisent en trois catégories et visent à maintenir la courbure sous 30°, et ce, quel que soit l’âge du patient :

  • La kinésithérapie si la courbure est faible ;

  • Le traitement orthopédique (corset et plâtre) ;

  • Le traitement chirurgical.

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.