Comment prendre en charge la fracture de fatigue ?

Concilio - Comment prendre en charge la fracture de fatigue ?

Le saviez-vous ?

Les fractures de fatigue concernent 10% des blessures liées au sport, et touche dans 95% des cas le membre inférieur.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Généralités

La fracture de fatigue est secondaire à une activité physique intensive, à la suite d’un choc violent ou d’une petite fissure de l’os induite par des contraintes fréquentes. Paradoxalement, elle survient sur des os sains, notamment des sujets en bonne condition physique par opposition aux fractures ostéoporotiques ou les os ne sont pas normaux.

Symptômes

La fracture de fatigue apparaît au cours ou à la suite d’un entrainement, d’une compétition assez intensive ou par des sollicitations répétées. En effet, à cause d’une sollicitation excessive et fréquente, la destruction osseuse se fait plus rapidement que sa formation rendant l’os fragile et plus susceptible aux fissurations. Par ailleurs, l’épuisement musculaire peut aussi donner suite à une blessure en raison du manque d’absorption par les muscles lésés des chocs répétés directement subit par le squelette. Les symptômes sont dominés par la douleur et parfois par un œdème en fonction de la localisation de l’atteinte. La douleur peut être est le plus souvent liée aux efforts. Elle est souvent très intense en début d’exercice puis va diminuer au cours de celui-ci, permettant à tort de continuer l’exercice, et réapparaître à la fin. En fonction de l’évolution les douleurs disparaissent plus ou moins rapidement après la période d’exercice.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitements

Facile à prendre en charge, la fracture de la fatigue guérit au bout de trois mois environ. Le traitement inclut :

  • Le repos de la fracture par l’interruption du sport à l’origine de l’accident pour une durée de 6 à 8 semaines. À cet effet, des cannes anglaises ou béquilles sont nécessaires. Par ailleurs, le port de chaussures confortables et larges est recommandé, excluant le port de talons ou d’escarpins.
  • La prise d’antalgiques tels que le paracétamol, l’ibuprofène permet d’apaiser la douleur.
  • Des séances de kinésithérapie visant à extraire l’œdème, complétées par une pose de glace dans une position surélevée du membre atteint.
  • La reprise progressive du sport vise à ne pas forcer sur la douleur.

Prévention

Pour prévenir les fractures de fatigue au pied, des adaptations de l’entrainement du sportif sont nécessaires. À cet effet, il faut commencer l’entrainement de manière progressive en augmentant l’intensité, la durée et la fréquence de l’activité physique. D’autre part, la charge de travail doit être adaptée à la condition du sujet. Si l’augmentation est prévue au minimum sur 3 semaines, des périodes de récupération doivent être organisées. La pratique du sport doit se faire dans de bonnes conditions en pensant à changer régulièrement les chaussures de sport. Les coureurs sont tenus de varier les surfaces d’entrainement et de réduire les courses sur sol dur. Par ailleurs, il est important de reconnaître la fracture lorsqu’elle survient. Pour cela, il convient de déterminer :

  • La présence d’un œdème à l’endroit de la douleur

  • La présence de la douleur à une zone précise du pied et que celle-ci est accentuée à l’effort

  • La survenue d’une douleur lors de mouvements du pied et un soulagement au repos

  • La sévérité progressive d’une douleur, d’abord modérée

  • L’apparition d’une douleur au cours d’une activité physique intense ou inhabituelle

156 spécialistes en rhumatologie recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.