Fistule anastomotique : une complication chirurgicale

Concilio - Fistule anastomotique : une complication chirurgicale

Le saviez-vous ?

Les cancers du canal anal et de la région péri-anale sont rares. Une présentation polymorphe, parfois faussement rassurante, retarde trop souvent le diagnostic.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Généralité

Lorsque deux cavités sont anormalement reliées entre elles et qu’elles déversent leur contenu l’une dans l’autre, on parle de fistule anastomotique. Cette dernière est une complication majeure en chirurgie intestinale. Elle est le fruit d’une mauvaise cicatrisation de l’anastomose ou la suture réalisée entre deux parties intestinales. La fistule anastomotique est considérée comme la première cause de mortalité après une chirurgie d’exérèse.

Symptômes et diagnostic

Une fistule anastomotique se produit souvent une semaine après l’opération. Le patient est alors atteint de fièvre et son transit intestinal est interrompu. Il peut également souffrir de douleurs abdominales plus ou moins violentes. Un choc septique susceptible de mettre la vie du patient en danger est également possible. Dans certains cas, ce dernier ne présente pas de symptôme.

Si le médecin soupçonne la présence d’une fistule anastomotique, il peut demander un scanner avec opacification pour repérer la complication et pour déterminer ses répercussions.

Une fois la présence de fistule anastomotique confirmée, le médecin choisit un traitement adapté. Dans les cas les moins graves, une antibiothérapie suffit. Suivant la gravité de la situation des radios, une endoscopie ou une nouvelle chirurgie sont à prévoir.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Formes cliniques

Par exemple, pour une fistule après colectomie, sur anastomose colorectale, le choix du traitement d’une fistule anastomotique dépend de 3 grades :

  • Le grade A regroupe les fistules dites radiologiques ne présentant aucun symptôme ou des anomalies biologiques. Lorsque le patient est en bonne santé, aucun traitement particulier n’est préconisé. Les fistules de grade A sont découvertes après un scanner avec opacification. Le patient mettra quelques mois à se rétablir.
  • Le grade B comprend les fistules nécessitant un traitement spécifique. On la reconnait par la présence d’un gonflement de l’abdomen et par des douleurs pelviennes ou péri-anales. Les fistules de grade B sont repérées grâce à un scanner abdomino-pelvien et un scanner avec opacification. Son traitement ne nécessite pas d’intervention chirurgicale.
  • Le grade C inclut les fistules ayant besoin d’une nouvelle opération. Cette forme très sévère provoque de la fièvre, des douleurs abdominales, des signes péritonéaux et la dégradation de l’état du patient. Elle peut également provoquer un choc septique. Au scanner, les médecins décèlent une désunion anastomotique et un épanchement au niveau du pelvis. Le patient peut avoir besoin d’une réanimation médicale. Si après cette dernière il ne présente aucun signe de rétablissement, il devra subir une nouvelle intervention par laparotomie. Ce type de fistule peut mener jusqu’au retrait du colon, ce qui peut entraîner l’impossibilité de la continuité digestive du patient et la nécessité d’une stomie.

1305 chirurgiens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.