Carcinome vésiculaire thyroïdien : syndrome tumoral du follicule thyroïdien

Concilio - Carcinome vésiculaire thyroïdien : syndrome tumoral du follicule thyroïdien

Le saviez-vous ?

Le carcinome vésiculaire de la thyroïde est le deuxième cancer thyroïdien. Il représente environ 20% des cancers thyroïdiens.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques d’endocrinologie.

Généralités

La thyroïde est une glande endocrine localisée à la base du cou. Le follicule de cette glande est composé de cellules folliculaires, aussi dénommées thyréocytes.

Les carcinomes folliculaire, différenciés, sont issus de ces thyréocytes. Les carcinomes thyroïdiens différencié sont composés de deux sous-groupes : les carcinomes papillaires de la thyroïdes (les plus fréquents) et les carcinomes vésiculaires de la thyroïde.

Manifestations symptomatiques

Lors d’un examen somatique, le médecin détecte généralement une masse thyroïdienne rigide à la palpation. Il suspecte alors un nodule de la thyroïde isolé ou associé à des ganglions.

La compression locale exercée par les ganglions peut entrainer des difficultés respiratoires, des troubles de la déglutition, des compressions veineuses et nerveuses. Le carcinome vésiculaire thyroïdien peut aussi entraîner une paralysie des cordes vocales se traduisant notamment par une transformation de la voix (dysphonie).

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Examens médicaux

Un dosage de la TSH. Cette hormone sécrétée par l’hypophyse stimule en outre la sécrétion d’hormones thyroïdiennes. Elle est le plus fréquemment normale.

L’échographie cervicale précise les caractéristiques du nodule, recherche d’autres anomalies au niveau de la thyroïde et des chaines ganglionnaires cervicales, et guide la cytoponction.

La cytoponction à l’aiguille fine est pratiquée sur tout nodule solide mesurant plus de 1–1,5 cm, ou présentant des éléments de suspicion à l’échographie. C’est l’examen le plus performant pour distinguer les nodules bénins des nodules malins.

Traitement

La chirurgie d’exérèse est le traitement principal du carcinome papillaire de la thyroïde. En cas de cancer clinique (≥ 1 cm), la thyroïdectomie totale est effectuée.

Un traitement post-opératoire par Iode 131 radio-actif peut être proposé. Il détruit d’éventuels résidus tumoraux et diminue ainsi le taux de rechute.

Une radiothérapie cervicale est exceptionnellement proposée. La chimiothérapie n’a pas de place dans le traitement des carcinomes vésiculaires de la thyroïde.

Par ailleurs, un traitement substitutif par L-thyroxine est prescrit à tous les patients opérés d’un cancer papillaire de la thyroïde.

754 endocrinologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.