Goitre : tuméfaction au niveau de la glande thyroïde

Concilio - Goitre : tuméfaction au niveau de la glande thyroïde

Le saviez-vous ?

La thyroïde est une petite glande d’environ 6 cm, qui a la forme d’un papillon. Plus de 6 millions de français sont concernés par une anomalie de la thyroïde.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans votre problématiques de santé.

Généralités

Le goitre se traduit par une augmentation caractérisée du volume de la glande thyroïde. La pathologie est ordinairement suspectée lors d’un gonflement visible de la région antérieure du cou. La thyroïde fait partie intégrante du système endocrinien, c’est-à-dire qu’elle est responsable de la sécrétion d’hormones indispensables pour réguler les fonctions de l’organisme.

Cette affection est très fréquente. Elle peut être homogène ou hétérogène, c’est-à-dire se caractérisée par une boursoufflure uniforme ou au contraire par des grosseurs irrégulières dans différentes zones cervicales.

  • Les goitres simples décrivent une dilatation isolée de la glande thyroïde, sans tumeur, syndrome inflammatoire ou troubles sécrétoires dans la zone thyroïdienne.
  • Les goitres tumoraux peuvent révéler la présence de tumeurs bénignes ou malignes.
  • Les goitres survenant suite à certaines atteintes inflammatoires sont notamment observés au cours des thyroïdites. Ces pathologies se traduisent par différents types d’inflammation au niveau de la région thyroïdienne.
  • Les goitres vasculaires associés à l’hyperthyroïdie sont principalement retrouvés au cours de la maladie de Basedow. Ils sont alors accompagnés d’une impression de frémissement surtout à la palpation et une surproduction d’hormones entraînant l’augmentation de nombreuses fonctions au sein de l’organisme.

Chez certains patients, un trouble de synthèse des hormones thyroïdiennes peut être observé. Cela entraîne une hypothyroïdie ou une hyperthyroïdie.

Diagnostic

Au préalable, le médecin traitant procède à un examen physique. La scintigraphie, l’échographie thyroïdienne et les analyses sanguines (dosage des hormones thyroïdiennes et de la TSH) permettent de déceler les causes et autres spécificités du goitre incommodant le patient.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement

Les goitres minimes et isolés sont généralement surveillés en attente d’une évolution quelconque nécessitant un éventuel traitement.

Le traitement dépend de la cause du goitre. Une substitution par hormones thyroïdiennes peut être proposée en cas d’hypothyroïdie. En cas d’hyperthyroïdie, selon sa cause, le traitement peut faire intervenir un traitement hormonal freinateur, une chirurgie ou une IRAthérapie.

Lorsque le goitre est volumineux, il peut exercer une compression sur les organes adjacents. Cette compression provoque de la dyspnée, soit des difficultés au niveau des voies respiratoires, de la dysphonie, c’est-à-dire une affection des cordes vocales influant sur les émissions sonores ou de la dysphagie, ce qui correspond à des difficultés lors de la déglutition. Le recours à la chirurgie (thyroïdectomie) est alors nécessaire.

851 ORL recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.