Syndrome de Cushing : un excès d’hormones glucocorticoïdes

Concilio - Syndrome de Cushing : un excès d’hormones glucocorticoïdes

Le saviez-vous ?

Jusqu’à 80% des adultes connaissent un épisode de fatigue surrénale au cours de leur vie, et cette maladie reste pourtant l’une des plus sous-diagnostiquées.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques d’endocrinologie.

Généralités

Le syndrome de Cushing se traduit par un hypercortisolisme chronique. Cette condition correspond, le plus souvent, à une hypersécrétion par les glandes surrénales d’une hormone cortico-surrénalienne, le cortisol. Ces glandes endocrines ont pour fonction la production et la synthèse de nombreuses hormones. Aussi appelé corticostéroïde, le cortisol est une hormone stéroïde sécrétée par le cortex, soit la partie externe de la glande surrénale.

Signes symptomatiques

L’augmentation du niveau de cortisol dans la circulation sanguine provoque une répartition facio-tronculaire des graisses. Le patient présente alors un faciès arrondi et des rougeurs au visage ainsi qu’un gonflement du cou. Le sujet souffre généralement d’une atrophie musculaire dénommée amyotrophie. Il démontre en outre une sensibilité capillaire et cutanée, des ecchymoses, de large vergetures violacées (« pourpres ») et verticales sur la zone abdominale, les flancs et la poitrine, des troubles psychiques, une chute des cheveux et éventuellement une pilosité augmentée (hirsutisme) et une fragilité osseuse avec risque de fractures pathologiques. Le syndrome de Cushing favorise également l’hypertension artérielle, l’hyperglycémie et les thromboses vasculaires.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Causes

Les causes de l’hypercortisolisme sont multiples : tumeur corticosurrénalienne sécrétant du cortisol (adénome cortisolique bénin ou cortisurrénalome malin), tumeur hypophysaire sécrétant de l’ACTH provoquant l’excès de cortisol (maladie de Cushing) ou hypercortisolisme d’origine médicamenteuse (prise excessive de corticoïdes indiquée pour contrer de nombreux troubles).

Diagnostic et traitement

La mise en évidence de l’hypercortisolisme et le diagnostic étiologique se font par la réalisation de prélèvements hormonaux sanguins (statiques et dynamiques) et par la réalisation d’imageries (surrénalienne ou hypophysaire). Le traitement est fonction de l’étiologie. Il est le plus souvent chirurgical et peut-être associé à un traitement médical par anticortisoliques de synthèse.

754 endocrinologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.