Dysplasie du col de l’utérus ou dysplasie cervicale

Concilio - Dysplasie du col de l’utérus ou dysplasie cervicale

Le saviez-vous ?

Plus de 20% des françaises âgées de 16 à 60 ans n’ont pas profité d’un suivi gynécologique depuis au moins deux ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Qu’est-ce que la dysplasie du col ?

La dysplasie du col est aussi connue sous l’appellation dysplasie cervicale. On est en présence de cette pathologie lorsque des anomalies sont relevées au niveau du col utérin. Cela apparaît après contamination par le virus papilloma virus humain ou HPV, impliqué dans le cancer du col utérin. La dysplasie se traduit donc par des lésions précancéreuses du col utérin, qui, non traitée évoluera vers le cancer. Normalement, l’organisme est capable d’éliminer le virus, mais ce n’est pas toujours le cas sachant qu’il est particulièrement résistant. Lorsqu’une femme est contaminée par un HPV oncogène numéroté 16 ou 18, par exemple, elle peut présenter ces lésions au niveau du col. À ce stade, la patiente ne doit pas pour autant s’inquiéter, car il faut du temps (plusieurs années) pour que cela aboutisse au cancer. La dysplasie correspond à des lésions causées par l’apparition de cellules anormales sur le col de l’utérus.

Le diagnostic de la dysplasie du col

Le frottis cervico-utérin permet de détecter la présence d’anomalies des cellules au niveau du col utérin ; c’est une manière de dépister le cancer utérin et de diagnostiquer les stades précancéreux pour les traiter à temps. Les femmes sont invitées à faire ce frottis tous les deux ou trois ans pour dépister à temps toute anomalie et limiter ainsi les risques de cancer. Cette prévention sert à prélever des cellules au niveau du col et à les étudier en laboratoire. L’analyse peut donner plusieurs résultats différents, qui vous seront expliqués par votre médecin. Dans certains cas, le frottis permettra de voir des anomalies qui devront être précisées par un examen à la loupe du col appelé colposcopie. Les biopsies peuvent alors permettent de montrer les dysplasies aussi appelées CIN ou néoplasie intraépithéliale cervicale. Il existe plusieurs stades :

  • CIN I : dysplasie légère
  • CIN II : dysplasie modérée
  • CIN III : dysplasie sévère

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le traitement de la dysplasie du col

En présence de dysplasie, il faut garder son calme, car l’organisme peut éliminer les virus de manière spontanée et la dysplasie peut régresser spontanément. Si celle-ci persiste après une période de surveillance (pour le CIN I et II, le CIN III est traité dès le diagnostic), le risque d’évolution vers le cancer existe et il vaut mieux traiter. Il existe 2 types de traitements :

  • La destruction au laser : adaptée aux lésions facilement accessibles, cette méthode peut se pratiquer avec ou sans anesthésie. Cette technique est préconisée quand la lésion est de type CIN I.
  • La conisation : la patiente est anesthésiée et on lui résèque une partie du col en forme de cône. Cette technique est préconisée quand la lésion est de type CIN II ou III.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.