Torsion d’annexe : une manifestation rare mais très douloureuse

Concilio - Torsion d’annexe : une manifestation rare mais très douloureuse

Le saviez-vous ?

Plus de 20% des françaises âgées de 16 à 60 ans n’ont pas profité d’un suivi gynécologique depuis au moins deux ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Généralités

La torsion d’annexe est une rotation de l’ovaire et dans de rares cas de la trompe de Fallope, généralement à l’origine d’une ischémie. Peu fréquente, elle touche généralement les femmes en âge de procréer. Sa manifestation cache le plus souvent une anomalie ovarienne.

Origines

La torsion d’annexe révèle généralement une taille et une forme d’ovaire particulières. Parfois, elle fait suite à des changements hormonaux apparaissant en début de grossesse ou à une prise en charge en procréation médicalement assistée. Ces phénomènes favorisent le mouvement de l’ovaire qui vrille sur lui-même. À noter que le poids d’un kyste en développement est susceptible de provoquer un effet de torsion.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptômes

La torsion d’annexe se manifeste par de vives douleurs dans le bas ventre ressenties comme des coups de poignard. Par ailleurs, l’on rapporte des vomissements, des nausées, une constipation, la diarrhée, une fièvre ainsi que des douleurs dans le bas du dos et dans les cuisses.

Diagnostic

L’exploration d’une éventuelle torsion de l’ovaire se fait généralement par échographie. L’examen est réalisé à l’aide d’une sonde à ultrasons placée dans le vagin. Il s’agit d’une échographie transvaginale permettant de confirmer le diagnostic. Les résultats sont déterminants quant à l’interruption ou non du flux sanguin de l’ovaire.

Prise en charge

La prise en charge de la torsion de l’ovaire est chirurgicale et repose sur 2 techniques :

  • Laparotomie
    Il s’agit d’une large incision dans l’abdomen, réalisée en vue d’explorer les organes lésés. Cette opération invasive nécessite une nuit à l’hôpital.
  • Laparoscopie
    La laparoscopie consiste en quelques petites incisions dans l’abdomen. Une première incision servira à introduire la sonde de visualisation tandis que les autres permettront d’introduire les instruments nécessaires à la détorsion de l’ovaire. Bien que réalisée sous anesthésie générale, la laparoscopie ne requiert aucune hospitalisation.

Le spécialiste remet l’ovaire dans sa place normale. À noter qu’un ovaire en torsion peut retrouver spontanément sa position initiale.

Complications et prévention

Complications

La torsion d’annexe réduit la circulation sanguine dans l’ovaire. En l’absence de traitement précoce, ce dysfonctionnement est susceptible d’altérer les tissus non drainés. Par conséquent, des lésions importantes peuvent apparaître, nécessitant souvent une ablation.

Prévention

Si prévenir une torsion de l’ovaire est à ce jour difficile, il est néanmoins possible de déterminer les premiers signes en vue d’un diagnostic immédiat. En effet, la prise en charge rapide permet de réduire les éventuels risques de complications.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.