Ménorragies : Règles trop importantes en termes de quantité et / ou de durée

Concilio - Ménorragies : Règles trop importantes en termes de quantité et / ou de durée

Le saviez-vous ?

Près de 1 femme sur 20, âgée de 30 ans à 49 ans consulte un médecin chaque année pour cause de ménorragie.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie.

Reconnaître les ménorragies

Le terme « ménorragie » s’utilise habituellement au pluriel en ce sens que les ménorragies concernent généralement plusieurs cycles menstruels successifs.

Les ménorragies surviennent pendant les règles. Les saignements en dehors des règles ne sont pas caractéristiques des ménorragies. Dans ce cas, on pourrait parler de « métrorragies » (saignements d’origine utérine, se manifestant en dehors de la phase des règles) ou d’un « spotting » (caractérisé par des petits saignements quotidiens). Si vous saignez pendant et en dehors des règles, il s’agit d’une méno-métrorragie.

Ensuite, concernant l’abondance des saignements, on ne parle de ménorragies que si le volume des règles est supérieur à 80 ml. C’est la raison pour laquelle, on les confond généralement avec une « hyperménorrhée ».

Enfin, les règles longues caractéristiques des ménorragies s’apprécient en nombre de jours. La durée des règles doit être supérieure à 7 jours pour qu’on puisse parler de ménorragies.

À ces caractéristiques, on peut ajouter l’anémie ferriprive.

Causes des ménorragies

Les ménorragies surviennent rarement sans cause précise.

Les causes des ménorragies se subdivisent en 4 grands groupes :

  • Les causes organiques sont liées à une anomalie morphologique, anatomique, ou une lésion des tissus de la filière génitale (polype utérin, fibrome utérin, adénomyose, affection de l’endomètre, etc.)
  • les ménorragies fonctionnelles résultent d’une anomalie de l’endomètre due à un dérèglement hormonal (insuffisance lutéale, prises intempestives d’hormones, hyperoestrogénie liée à l’obésité, etc.)
  • les causes iatrogènes correspondent aux effets secondaires d’un médicament ou d’un acte médical, sans forcément s’agir d’une erreur médicale (utilisation d’un stérilet, des anticoagulants, ou encore d’une autre méthode de contraception)
  • enfin, les ménorragies peuvent être liées à des anomalies de l’hémostase (maladie de Soulier, insuffisance hépatique, déficit en facteur XI, etc.)

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement des ménorragies

On a vu que les ménorragies résultent forcément d’une ou plusieurs causes. Leur traitement est intimement lié à celui de leurs causes. Devant être proposé en première intention, le traitement médicamenteux est généralement destiné aux femmes sexuellement actives qui souffrent de ménorragies modérées et faibles. Les professionnels de santé prescrivent généralement :

  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour réduire le flux menstruel et les douleurs
  • un stérilet hormonal qui agit sur l’abondance des ménorragies
  • des contraceptions orales pour rétablir un équilibre entre les œstrogènes et la progestérone et réduire le flux menstruel

Ces médicaments comportent tous des effets indésirables. Raison pour laquelle, il faut consulter avant de les utiliser.

Il est important également de traiter l’anémie ferriprive secondaire aux saignements abondants. Votre médecin vous prescrira un traitement par fer.

Si le traitement médical n’est pas efficace, il est légitime d’envisager un traitement chirurgical qui lui aussi dépendra de la cause : myomectomie en cas de fibrome…Votre gynécologue vous informera des possibilités selon chaque cas.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.