Tumorectomie du sein : une intervention conservatrice

Concilio - Tumorectomie du sein : une intervention conservatrice

Le saviez-vous ?

Plus de 20% des françaises âgées de 16 à 60 ans n’ont pas profité d’un suivi gynécologique depuis au moins deux ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Généralités

La tumorectomie est une intervention chirurgicale consistant à retirer la partie du sein affectée par une tumeur maligne ou bénigne. Intervention conservatrice, elle a pour objectif d’extraire la lésion avec une marge de tissu autour. Cette opération permet de réaliser le remodelage du sein avec la glande restante.

Qui sont concernées ?

La tumorectomie mammaire est indiquée pour les patientes :

  • présentant une tumeur maligne du sein dont le volume n’est pas trop important
  • en cas de cancer du sein après chimiothérapie ou hormonothérapie première s’il y a une bonne régression tumorale
  • ayant des lésions à risque de cancer du sein (par exemple tumeur phyllode)
  • présentant certaines tumeurs bénignes (par exemple adénofibromes)

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


La veille de l’intervention

La tumorectomie est dans la plupart du temps effectuée sous anesthésie générale. À cet effet, une consultation par un anesthésiste est prévue 1 à 2 semaines avant l’opération. Durant l’examen, la patiente est informée sur les risques liés à l’anesthésie ainsi que la prise la prise en charge de la douleur post opératoire. Par ailleurs, il est important de signaler la prise de médicament renfermant de l’aspirine ou à effet anticoagulant. Comme pour chaque intervention chirurgicale, il convient d’informer le médecin de l’ensemble des médicaments pris ainsi que l’existence d’allergie connue.

Le geste est le plus souvent réalisé en ambulatoire.

L’opération

La tumorectomie dure environ 45 minutes. En fonction de la localisation de la lésion, l’endroit de la cicatrice varie pour un rendu plus esthétique. La tumeur est extraite suivant une marge de glande autour ou marge de sécurité. Le sein est alors restructuré pour lui faire retrouver une forme harmonieuse. Dans le cas où un geste chirurgical sur les ganglions axillaires est recommandé, l’on réalise une deuxième incision dans l’aisselle.

Après l’intervention

À l’issue de l’opération, la patiente passera 1 à 2 heures en salle de réveil pour la surveillance postopératoire immédiate. Des antalgiques sont prescrits de manière systématique et varient suivant l’intensité de la douleur. Il s’agit d’une intervention peu douloureuse qui nécessite le plus souvent que quelques jours de traitement par paracétamol.

Les complications

Toute intervention présente un risque de réaction allergique, d’infection et d’hémorragie. Après l’opération d’une tumeur au sein, la patiente peut (rarement) ressentir un engourdissement dans le sein en cas d’atteinte des nerfs. D’autre part, la forme des seins peut subir quelques modifications. La zone cible devient sensible et gonfle de manière temporaire.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.