Hormonothérapie : un type de traitement du cancer

Concilio - Hormonothérapie : un type de traitement du cancer

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

L’hormonothérapie figure parmi les traitements du cancer. Elle consiste à bloquer l’action ou la production d’hormones naturelles en vue d’interrompre le développement des cellules cancéreuses. Si la chimiothérapie ou la radiothérapie extrait celles-ci dans l’immédiat, cette technique agit sur le long terme en créant un milieu hormonal défavorable. Elle est particulièrement utilisée dans le cas les cancers hormono-dépendants tels que les cancers du sein ou les cancers de la prostate.

Mécanismes

L’objectif de l’hormonothérapie est d’empêcher la stimulation hormonale des cellules cancéreuses, c’est-à-dire celles qui vivent aux dépens des hormones. Le terme d’hormonothérapie signifie en réalité « anti-hormone ». Il existe plusieurs modes d’actions : soit de bloquer directement le récepteur aux hormones au niveau des cellules, soit d’effondrer la production d’hormones par le corps.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Hormonothérapie et traitements associés

Lorsque les tumeurs malignes deviennent plus résistantes à l’hormonothérapie, il est possible de remplacer une hormonothérapie par une autre avec un mode d’action différent ou d’associer d’autres traitements plus ciblés. Tous ces traitements sont fonction de la tumeur initiale et du statut ménopausique/andropausique du patient.

Choix du type d’hormonothérapie

Le type d’hormonothérapie ainsi que les doses administrées varient d’un sujet à un autre. Ils diffèrent selon que la personne est ménopausée ou non :

  • chez la femme ménopausée, les anti-aromatases sont prescrits pour une durée 5 ans à 10 ans. Les anti-œstrogènes peuvent également être recommandés.
  • chez la femme non ménopausée, les anti-oestrogènes (Tamoxifène) sont recommandés en première intention, et ce, pour une durée de 5 ans, plus ou moins complétés par des anti-aromatases les 5 années suivantes

Effets secondaires de l’hormonothérapie

L’hormonothérapie peut engendrer des bouffées de chaleur, des éruptions cutanées, des pertes de sang discrètes par voie vaginale, des démangeaisons au niveau de la vulve, des thromboses veineuses, des troubles génitaux et de la vue, la ménopause provoquée et la reproduction de certains effets de la ménopause, des troubles dans la numération sanguine se traduisant par une augmentation des transaminases. Dans de rares cas, le Tamoxifène entraine le développement du cancer de l’endomètre. D’autre part, les inhibiteurs de l’aromatose induisent des douleurs articulaires et un risque d’ostéoporose.

La variété de traitement disponible permet de pouvoir alterner une hormonothérapie par une autre en cas de mauvaise tolérance.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.