Tumeur au niveau du rein

Concilio - Tumeur au niveau du rein

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Le cancer du rein se développe à partir des cellules rénales. Il survient généralement chez les personnes âgées de plus de 60 ans. Il touche deux fois plus les hommes que les femmes. La tumeur se développe le plus souvent dans les cellules qui recouvrent les tubules. Elle est alors appelée carcinome à cellules claires.

Les principales causes du cancer du rein sont l’hypertension artérielle, l’exposition à différents produits cancérigènes (tabac, amiante, métaux lourds et produits dérivés du pétrole), l’obésité, la mutation de plusieurs gènes (VHL, PBRM1, BAP1, TCEB1 ou encore SETD2), le statut hormonal et la transplantation rénale.

Les symptômes

Les signes du cancer du rein sont :

  • Des maux de tête
  • Une hypertension artérielle
  • Une hypercalcémie
  • Une fièvre inexpliquée
  • Une douleur lombaire
  • Une enflure dans les jambes et les chevilles
  • Des sueurs nocturnes
  • Du sang dans l’urine
  • Une masse lombaire aux stades avancés
  • Une altération de l’état général : grande fatigue, perte d’appétit, perte de poids…

Certaines personnes ont plus de risque de développer un cancer du rein : celles qui présentent un trouble génétique ou en dialyse depuis longtemps.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic et traitement

Pour poser le diagnostic, les médecins procèdent à différents examens : examen clinique, analyse d’urine, analyse biochimique sanguine, échographie, biopsie, scanner, radiographie…

Dans le cas d’un cancer du rein, plusieurs traitements sont possibles : la chirurgie, l’embolisation artérielle, la radiofréquence ou cryo-ablation, le traitement ciblé, la radiothérapie, l’immunothérapie et la chimiothérapie.

L’embolisation artérielle consiste à bloquer l’arrivée du sang vers la tumeur. Cette technique permet de réduire le saignement lors de l’ablation de la tumeur, notamment lorsqu’elle est assez volumineuse. L’embolisation artérielle permet également de soulager la douleur lorsque la chirurgie n’est plus possible.

L’immunothérapie consiste à stimuler le système immunitaire pour détruire les cellules cancéreuses. Le traitement ciblé consiste à utiliser des médicaments pour détruire des molécules spécifiques présentes dans les cellules cancéreuses. Cela permet d’interrompre la croissance des cellules cancéreuses.

Le traitement ciblé est généralement utilisé lorsqu’on ne peut pas recourir à la chirurgie.

Pronostic

Le stade de la tumeur est le principal facteur pronostique. Un cancer de bas grade engendre de meilleurs pronostics. Les carcinomes à cellules rénales de type papillaire ou chromophobe, qui sont souvent de bas grade, ont de meilleures chances de guérison que les carcinomes des tubes collecteurs. Ces derniers sont plus agressifs et engendrent un pronostic plus sombre.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.