LAM : leucémie aiguë myéloïde

Concilio - LAM : leucémie aiguë myéloïde

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

La leucémie aiguë myéloïde (LAM) se traduit par la multiplication de blastes (cellules immatures) anormaux dans la moelle osseuse. Cette prolifération incontrôlée empêche la moelle osseuse de fonctionner normalement, conduisant à une insuffisance médullaire, c’est-à-dire une insuffisance de production des cellules du sang (globules rouges, globules blancs, plaquettes).

En France, environ 3 000 nouveaux cas sont diagnostiqués par an. Son incidence est de 4 sur 100 000 personnes. L’âge moyen des personnes touchées est de 70 ans, mais la LAM peut survenir à tout âge.

La leucémie

La leucémie est un cancer du sang, conséquence de la production excessive de globules blancs anormaux. Lorsque les globules blancs anormaux sont totalement immatures et en grande quantité dans la moelle osseuse, on parle de leucémie aiguë. Lorsqu’ils sont immatures mais capable de se différencier et en faible quantité, on parle de leucémie chronique. Cette prolifération de globules blancs anormaux perturbe la production des autres globules blancs, des globules rouges et de plaquettes.

Le rôle des globules blancs est d’assurer les défenses de l’organisme. Sans globules blancs sains et fonctionnels, l’organisme est exposé à des infections graves et à de nombreuses complications.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les facteurs de risque

Les survivants de bombes atomiques, les travailleurs des industries nucléaires ainsi que les pilotes exposés aux radiations cosmiques ont plus de risque de développer une LAM. D’autres facteurs entrent également en jeu : le tabagisme chronique, l’exposition au benzène, un traitement par chimiothérapie et une prédisposition génétique (trisomie 21, neurofibromatose).

Les symptômes

La prolifération de blastes dans la moelle et dans les organes entraine de nombreuses conséquences : anémie (entrainant une pâleur, une fatigue, un essoufflement et des palpitations), infections diverses (à cause de la baisse de globules blancs), hémorragie, douleurs osseuses, maux de tête, augmentation de la taille de la rate, du foie, des ganglions…

Diagnostic et traitement

Le diagnostic de la leucémie aiguë myéloïde repose essentiellement sur le myélogramme, un examen de la moelle osseuse. Cet examen permet d’analyser les cellules anormales. Une analyse sanguine est aussi nécessaire pour compter les différentes cellules sanguines et découvrir les anomalies. Dans certains cas, une ponction lombaire est réalisée en cas de suspicion d’une atteinte neurologique.

La prise en charge de la leucémie aiguë myéloïde a comme principal objectif de faire disparaître les blastes anormaux afin que la moelle osseuse puisse fonctionner normalement.  Le traitement par chimiothérapie se divise en plusieurs étapes : l’induction, la consolidation et l’intensification. L’induction vise à réduire les blastes anormaux ainsi que les signes de la maladie. Ce traitement permettra à la moelle osseuse de reconstituer les cellules du sang.

La consolidation a pour objectif de maintenir la rémission en administrant de fortes doses de chimiothérapie.

L’intensification varie en fonction des patients. Elle peut se faire par chimiothérapie ou par une greffe de cellules souches.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.