Cancer du vagin

Concilio - Cancer du vagin

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

La vulve rassemble tous les organes externes de l’appareil génital de la femme. Elle comprend le clitoris, l’orifice urinaire, les petites lèvres vaginales, les grandes lèvres vaginales et l’orifice vaginal.

Le vagin se situe après la vulve. Tapissé de muscles, il peut se détendre et se dilater. Il mesure entre 8 et 12 cm.

Le cancer du vagin ou de la vulve est très rare, il représente environ 1 à 2 % des tumeurs gynécologiques. Il survient généralement chez les femmes âgées de plus de 60 ans. Dans de très rares cas, il peut toucher les jeunes filles de 15 à 20 ans. Il s’agit d’adénocarcinome à cellules claires.

Les causes et les symptômes du cancer du vagin

Le virus HPV ou papillomavirus humain est le premier responsable de la survenue du cancer du vagin ou de la vulve. L’HPV se transmet lors des rapports sexuels. Les autres causes du cancer du vagin sont : le tabagisme, l’exposition au distilbène, les partenaires sexuels multiples, les antécédents d’irradiation pelvienne, l’hystérectomie pour dysplasie sévère et d’autres infections virales telles que le VIH. Les femmes qui ont déjà eu un cancer du col de l’utérus ont plus de risques de développer un cancer du vagin ou de la vulve.

Il faut savoir que le papillomavirus humain se transmet automatiquement lors des rapports sexuels. Il est naturellement éliminé par l’organisme par un phénomène naturel appelé « clairance ». Toutefois, dans certains cas, l’infection persiste et entraîne une cancérisation des cellules. Le cancer se développe environ une dizaine d’années après l’infection.

Le cancer du vagin ou de la vulve se manifeste souvent par des saignements anormaux (en dehors des règles, après les rapports sexuels ou pendant la ménopause), des douleurs lors des rapports sexuels,…

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic et traitement

Le cancer du vagin ou de la vulve est souvent diagnostiqué fortuitement après un examen gynécologique. Pour confirmer son diagnostic, le médecin procèdera à une biopsie. Après confirmation du cancer, un bilan d’extension sera effectué. Le traitement dépendra des résultats.

Le traitement du cancer du vagin regroupe la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Lorsque la tumeur est encore limitée au vagin, les médecins préconisent généralement la chirurgie. La colpectomie consiste à enlever le vagin. L’ablation peut être totale ou partielle selon l’étendue de la tumeur. Elle est le plus souvent associée à une hystérectomie, c’est-à-dire l’ablation de l’utérus.

Dans le cas où la tumeur a déjà affecté d’autres organes, les médecins préconiseront la radiothérapie externe ou interne (curiethérapie, c’est-à-dire à l’intérieure du vagin) associée à de la chimiothérapie.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.