Écoulement cérébrospinal

Anciennement appelé céphalo-rachidien

Le liquide cérébro-spinal coule du nez ou de l’oreille comme de l’eau et sans raison suite à une fuite ostéo méningée.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques ORL.

Définition et origines du liquide cérébro-spinal ou céphalo-rachidien

On parle d’écoulement cérébrospinal lorsqu’il existe un écoulement clair comme de l’eau, pouvant passer par le nez ou l’oreille, et pour lequel l’analyse établit qu’il s’agit de liquide céphalo-rachidien (liquide entourant les méninges).

Ce signe est lié à l’existence d’une brêche ostéo-méningée, c’est à dire qu’il existe une communication (qui normalement ne doit pas exister) entre les méninges et l’extérieur. Cette communication ou brêche peut être très petite.

On distingue 2 types de rhinorrhée :

  • Rhinorrhée cérébrospinale si l’écoulement passe par le nez
  • Otoliquorrhée s’il l’écoulement du liquide passe par l’oreille.

Diagnostic étiologique de l'écoulement cérébrospinal

  • Une brèche peut faire suite à une intervention chirurgicale. En effet, certaines interventions endonasales peuvent entrainer des brèches au niveau l’ethmoïde antérieur le plus souvent.
  • Les traumatismes crâniens, les fractures sont également parfois compliquées de brèche osseuse.
  • Parfois une fuite de LCR apparaît spontanément : une zone de faiblesse anatomique peut être en cause. Parfois c’est une méningite initiale qui fait découvrir la brèche en cours de bilan, lorsqu’on recherche la porte d’entrée de l’infection.
  • Au niveau de l’oreille, certaines otites chroniques localement agressives, comme un choléstéatome évolutif peuvent créer une lyse de l’os et une brèche.
  • Enfin, la chirurgie de certaines tumeurs avancées, envahissant les méninges, nécessitent que le chirurgien « crée » une brèche pour que le geste chirurgical soit complet : une reconstruction spécifique est dans ce cas prévue en amont, pour colmater la brèche.

Un écoulement spontané ou post-opératoire peut se résorber seul en quelques jours sous couvert d’une vaccination adaptée couvrant le pneumocoque, et d’une surveillance médicale spécialisée.

Le risque principal de complication d’un écoulement cérébrospinal est celui d’une méningite.

Pourquoi être bien accompagné est primordial en cas d'écoulement cérébrospinal ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Diagnostic et traitement de l'écoulement cérébrospinal

L’examen clinique à la nasofibroscopie permet de vérifier les structures endonasales mais doit être complété par l’imagerie.

Le scanner et l’IRM sont requis en vue de localiser la brèche responsable de l’écoulement cérébrospinal.

Lorsque l’origine rhinosinusienne de la brèche en question est confirmée, on procède habituellement par traitement chirurgical, si l’écoulement ne se tarit pas spontanément ou qu’il convient de retirer une lésion en regard de la brèche. Le mode opératoire se fait fréquemment par voie endonasale.

  • Auteur : Dr. E. Nicolas
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr. A. Morjane
  • Date de révision :

851 ORL recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.