Lavage broncho-alvéolaire (LBA)

Concilio - Lavage broncho-alvéolaire (LBA)

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Généralités

Réalisé au cours d’une bronchoscopie (fibroscopie bronchique), le lavage broncho-alvéolaire, couramment désigné sous l’acronyme LBA, est une méthode d’aide au diagnostic mise au point par Reynolds et Finley. Elle consiste à injecter par le fibroscope un liquide physiologique porté à 37 °C dans les bronches et les alvéoles pulmonaires. Cette solution est ensuite aspirée par le fibroscope et analysée.

Cette méthode est utilisée pour diagnostiquer des pathologies infectieuses comme la tuberculose, la toxoplasmose, la pneumocystose, l’herpès, la légionellose ou les pneumonies bactériennes. Elle permet également d’établir le diagnostic de pathologies non infectieuses comme l’infiltration néoplasique diffuse, les pneumoconioses comme la silicose, la bérylliose ou l’histiocytose X.

Les précautions

Le lavage broncho-alvéolaire est réalisable chez la majorité des patients. Toutefois, quelques précautions s’imposent. Ainsi, le patient ne doit pas fumer dans les 48 heures précédant l’examen et dans les heures qui suivent l’intervention. En outre, il doit être à jeun au moins 6 heures avant l’examen. Une éventuelle allergie aux produits anesthésiques doit être signalée au médecin, ainsi que toute maladie chronique affectant le cœur ou les voies respiratoires.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le déroulement de l’examen

L’examen dure environ 30 minutes et n’est pas douloureux. D’ailleurs, le patient reçoit dans un premier temps un sédatif pour le relaxer. Un spray anesthésiant est pulvérisé dans le nez ou la bouche pour faciliter le passage de l’endoscope, un tube souple stérilisé au bout duquel se trouve une caméra permettant au médecin d’observer les poumons. Après une fibroscopie exploratoire traditionnelle, 50 à 100 ml de sérum physiologique sont injectés par le fibroscope dans les poumons, puis ré-aspirés. Entre 20 et 60 % du liquide (« de lavage ») est alors récupéré pour être analysé en laboratoire. Un saturomètre fixé à l’extrémité d’un doigt du patient permet de contrôler le rythme cardiaque et la saturation du sang en oxygène tout au long de l’intervention.

Après l’intervention

Après l’intervention, un délai de 30 minutes est observé en attendant que les effets du sédatif se dissipent. Le patient doit aussi attendre une heure avant de s’alimenter afin d’éviter les fausses routes en raison des effets du produit anesthésique. Il est fortement déconseillé de prendre le volant dans les 24 heures suivant l’examen. Tout effort physique important est aussi proscrit au cours de ce délai.

Dans des cas rares, le lavage broncho-alvéolaire peut occasionner des effets secondaires comme une légère fièvre dans les 24 heures suivantes, des difficultés respiratoires accompagnées de spasmes ou la présence de sang dans les crachats. Le liquide non récupéré est évacué naturellement.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.