Ponction trans-pariétale (PTP)

Concilio - Ponction trans-pariétale (PTP)

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Généralités

La ponction transpariétale est une technique utilisée pour diagnostiquer certaines lésions pulmonaires évolutives, en particulier en oncologie : il arrive que certaines lésions visibles sur l’imagerie ne soient pas accessibles à une biopsie par fibroscopie, lorsqu’elles sont trop périphériques, et qu’une intervention chirurgicale paraisse disproportionnée. La PTP, à condition que la lésion soit de taille suffisante (> 5 mm) et accessible (suffisamment périphérique), est alors envisageable.

Réalisée sous contrôle scanographique ou, plus rarement, échographique, elle consiste à introduire une aiguille à travers la paroi du thorax jusqu’à la lésion. Cette aiguille est stérile et à usage unique.

L’examen dure 10 à 30 minutes en fonction des difficultés de repérage. Il est réalisé en position allongée, la peau est désinfectée. Effectuée sous anesthésie locale au niveau de la peau, la cytoponction transpariétale a pour but de prélever un tissu ou des cellules aux fins d’analyses :

  • cytologique à l’aide d’une aiguille de 0,8 mm
  • histologique à partir d’une aiguille de 2 mm
  • infectieuse

Préparation à l’intervention

Le patient n’a pas besoin d’être à jeun. Les médicaments habituels peuvent également être pris, à part un traitement anticoagulant, dont la poursuite doit être discutée. Une prémédication anxiolytique est parfois réalisée.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Contre-indications

Ce sont :

  • La non-coopération du patient
  • La suspicion de kyste hydatique
  • Les troubles de la coagulation
  • L’insuffisance respiratoire sévère

Complications et facteurs de risques

Il est possible que l’on répète l’examen lorsque le prélèvement n’est pas contributif.

Des complications ne sont pas rares, parfois sévères. En général, il s’agit de :

  • Pneumothorax (20 %) en cas de brèche pulmonaire (surtout pour les lésions profondes) ou d’introduction d’air
  • Hémoptysie (5 %)

Favorisé par la petite taille de la lésion cible, la nécessité de traverser une partie du poumon qui peut se décoller de la paroi thoracique, la taille de l’aiguille, le pneumothorax peut être asymptomatique ou au contraire, être source de douleur et/ou de difficultés respiratoires. Il requiert, en fonction de son étendue et de sa tolérance :

  • Le repos avec surveillance
  • L’exsufflation (aspiration de l’air à l’aide d’une aiguille)
  • Le drainage

Des crachats de sang peuvent également survenir pendant ou postérieurement à l’examen.

Prévention et gestion de la douleur après une PTP

Après la ponction, il est impératif de rester au lit environ 30 minutes (couché sur le côté ponctionné). Un repos pendant plusieurs heures est ensuite recommandé. Un contrôle radiographique du thorax est réalisé systématiquement au décours du geste, puis le lendemain, et en cas de douleurs anormales ou de difficultés respiratoires.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.