Thoracoscopie

Concilio - Thoracoscopie

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, les maladies respiratoires sont responsables de 12% des décès et les infections respiratoires sont la première cause d’absentéisme chez les adultes jeunes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

En quoi consiste la thoracoscopie ?

NB : la pleuroscopie (ou « thoracoscopie médicale »), geste médical réalisé sous anesthésie locale, à visée essentiellement diagnostique, n’est pas traitée dans ce texte. L’usage est d’appeler thoracoscopie le geste chirurgical.

La thoracoscopie correspond à l’ouverture minimale chirurgicale de la cavité thoracique pour effectuer un geste au niveau pulmonaire ou pleural par voie endoscopique. Pour ce faire, le chirurgien introduit entre deux côtes un thoracoscope, type d’endoscope, muni d’une caméra de 5 à 10 mm de diamètre. Une incision cutanée de quelques centimètres entre deux côtes est réalisée afin de permettre l’introduction de l’instrument. Généralement, au moins deux autres orifices, centimétriques, sont réalisés pour permettre le passage d’autres instruments. Utilisé auparavant à visée diagnostique, cet examen est aujourd’hui aussi pratiqué pour réaliser certaines interventions chirurgicales.

Thoracoscopie : pourquoi ?

La thoracoscopie est pratiquée pour l’ablation de tumeurs ou nodules du poumon, des bulles d’emphysème pouvant comprimer le poumon, ainsi que des ganglions ou nodules localisés dans le médiastin, pour traiter des abcès pulmonaires, des empyèmes, ou pour effectuer une symphyse pleurale (pour éviter la récidive d’un épanchement). Cette intervention est aussi indiquée pour sectionner certains nerfs ayant un trajet intra thoracique.

Moins invasive que l’ancienne technique chirurgicale (thoracotomie : ouverture thoracique large), elle engendre moins de douleurs et de complications.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Comment se déroule l’intervention ?

Pratiquée sous anesthésie générale, à jeun, la thoracoscopie se réalise en hospitalisation en secteur chirurgical. Lors de l’intervention, le chirurgien réalise une à trois incisions entre deux côtes, sur le côté du thorax et à travers la paroi thoracique. De l’air est insufflé dans l’espace pleural, puis le thoracoscope est introduit par l’une des incisions afin d’atteindre la cavité thoracique. ; les autres incisions sont utilisées pour introduire les instruments chirurgicaux.

Une fois l’opération effectuée, le chirurgien retire le thoracoscope, suture les incisions, et laisse en place un drain thoracique passant par l’une des incisions pour permettre l’évacuation de l’air et du liquide.

Les risques d’une thoracoscopie

Comme dans toutes autres interventions, la thoracoscopie peut occasionner des effets secondaires, dont une fièvre. Dans de rares cas, cet examen peut engendrer une infection pulmonaire, une infection de la plaie, un affaissement du poumon, des difficultés à respirer, une perforation du poumon. La présence d’air issu de la cavité thoracique dans les tissus sous la peau du thorax, du cou et du visage constitue un autre effet secondaire rare de la thoracoscopie.

Néanmoins, les effets secondaires sont moins importants qu’en cas de thoracotomie, notamment les douleurs, qui sont systématiquement calmées par un traitement adapté efficace.

879 pneumologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.